Aokas : – Pour plaire aux militaires, une route à moitié bitumée

0

A Aokas, apparemment, c’est l’armée qui dicte sa loi. La route hautement touristique du Cap, qui est l’un des plus beaux atouts touristiques de cette belle station balnéaire, n’a été bitumée qu’à moitié.

Les services des travaux publics n’ont pas jugé utile de bitumer l’ensemble de cette route, se contentant du tronçon reliant la ville à la caserne qui se trouve sur cette route.

Il est utile de rappeler que cette structure militaire, construite durant l’ère coloniale, a été attribuée, à l’indépendance, à maitre Nicolet, avocat français du FLN, en guise de remerciements pour services rendus à la révolution avant que le préfet de Sétif ne décide de la lui retirer pour l’attribuer au ministère de la défense.

Depuis, celle-ci est devenue une sorte de résidence d’été du chef de la 5e région militaire. Ceci confirme cela.

Amaynut