Appel à la constitution d’une Alliance des Démocrates de la Diaspora Algérienne (ADDA)

8
Photo de la page facebook des signataires de l'appel
Photo de la page facebook des signataires de l'appel

PARIS (Tamurt) – Nous publions ci-après l’appel à la constitution d’une Alliance des Démocrates de la Diaspora Algérienne (ADDA), lancé à Paris le 14 août 2019.

Depuis le 22 février, la deuxième Révolution algérienne est en marche. Après avoir libéré le pays en 1962, le peuple algérien veut reprendre en main son destin et exercer sa souveraineté confisquée depuis l’indépendance.

Dans ce référendum hebdomadaire, des millions d’Algériennes et d’Algériens de toutes générations et de différentes régions du pays, disent
leur volonté et leur détermination d’en finir avec le système despotique imposé depuis 57 ans
et leur espoir d’une nouvelle Algérie libre et démocratique.
Dans ce mouvement populaire porté notamment par les jeunes et les femmes, les forces démocratiques citoyennes et organisées (collectifs, associations, corporations, syndicats et
partis) ont le devoir de converger pour accomplir le destin démocratique que veut se donner la Nation algérienne.

La démarche vers un système démocratique implique l’acceptation des principes d’égalité et de liberté, et leur corollaire, le pluralisme. C’est le respect de ces fondements et la séparation des pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire qui permettent la construction d’un État de droit
et l’expression du sens de la citoyenneté.

La diaspora algérienne qui a toujours joué un rôle primordial dans l’histoire de l’Algérie, de l’Étoile Nord-Africaine à la Fédération de France du FLN, est partie prenante de cette Révolution comme le démontrent les mobilisations, manifestations, rassemblements, conférences, débats ainsi que le travail des radios et télévisions communautaires.
Au sein de la diaspora, un premier collectif de militants démocrates, indépendants ou organisés dans des associations, collectifs ou partis, s’est réuni pour saluer l’initiative des Forces de l’Alternative Démocratique et a exprimé sa volonté de lui donner une traduction
dans la diaspora en créant une organisation dotée d’une autonomie d’action et d’une force de proposition.

Conscient de l’importance de l’apport de la diaspora, ce collectif a jugé que le temps est venu de passer à une autre forme d’action politique pour contribuer à réaliser l’espérance démocratique du peuple algérien, tout en poursuivant les différents modes de mobilisation en faveur de la révolution en cours.

Cet appel à constitution est destiné à rassembler toutes celles et tous ceux qui, se réclamant des principes énoncés plus haut, souhaitent s’impliquer dans la construction d’une Alliance des Démocrates de la Diaspora Algérienne (ADDA) sur la base du Pacte de l’Alternative
Démocratique (PAD) conclu le 26 juin 2019 à Alger.

L’objectif de cette alliance est d’être un instrument politique de la diaspora pour contribuer à la concrétisation des aspirations démocratiques du peuple algérien à travers la mise en œuvre d’une réelle transition démocratique avec pouvoir constituant, sur la base des principes énoncés dans le PAD.

Cette alliance a pour but de populariser le PAD et d’être un soutien aux forces démocratiques. L’alliance aura également sa propre stratégie adaptée à l’immigration afin de mener, entre autres, des actions de sensibilisation et d’intervention auprès des institutions et organismes internationaux. Lieu inclusif de toutes les tendances respectant les principes démocratiques, cette alliance est ouverte, sur la base de sa charte de fonctionnement, à toutes celles et tous ceux qui veulent à quelque niveau que ce soit apporter leur contribution.

C’est par notre union, Algériennes et Algériens du pays et de la diaspora, que nous arriverons au nécessaire dépassement du système et à la construction d’une Algérie démocratique et plurielle, une perspective qui propulserait le pays dans la modernité politique, économique et
sociale et qui marquerait l’histoire des peuples au même titre que la première Révolution algérienne avait marqué le mouvement de décolonisation du 20e siècle.

Contact : alliance.democrates.diasporadz@gmail.com

Premiers signataires soutenant l’appel à la constitution de l’ADDA :

1. Tassadit YACINE, anthropologue, directrice de recherche à l’École des Hautes Études
2. Aissa KADRI, sociologue, codirecteur de l’Institut Maghreb-Europe de l’Université Paris 8
3. Madjid BENCHIKH, Professeur émérite de Droit international à l’Université de CergyPontoise
4. Christiane CHAULET-ACHOUR, directrice de recherche au CRTF
5. Habib TENGOUR, poète, écrivain
6. Nourredine BENISSAD, avocat
7. Khedidja BABA AHMED, journaliste
8. BEN MOHAMED, poète
9. Samia MESSAOUDI, journaliste, responsable de l’Association au Nom de la Mémoire
10. Arezki METREF, journaliste, écrivain
11. Halima MENHOUDJ, adjointe au Maire de Montreuil, militante des droits humains
12. CHEIKH SIDI BÉMOL (Hocine BOUKELLA), musicien et interprète
13. Souad MASSI, auteure-compositrice et interprète engagée
14. Mohammed FELLAG, humoriste, écrivain, acteur
15. Tahar KHALFOUNE, universitaire
16. Rafik Hassani, médecin
17. Mimouna HADJAM, militante féministe et antiraciste
18. Lagha CHEGROUCHE, chercheur, enseignant, Université Paris 1, Directeur du CENA
19. Nadia Leïla AÏSSAOUI, sociologue, militante féministe
20. Bachir HADJADJ, écrivain, cadre retraité, militant associatif
21. El Yamine SOUM, sociologue, enseignant, essayiste
22. Nadia BEY, journaliste engagée, présidente de l’Association Les Sans Voix
23. Saddek FENARDJI, économiste
24. Aumer U LAMARA, physicien, écrivain
25. Farida AÏT FERROUKH, anthropologue
26. Najy BENHASSINE, économiste
27. Soumicha SOUM, juriste
28. Patrick Radjef, retraité, trésorier du Forum France-Algérie (FFA)
29. Ayache BOUAKAZ, directeur de recherche à l’INSERM
30. Said DOUMANE, universitaire, membre fondateur de la 1ère LADDH
31. Mohamed ACHOUR, universitaire
32. El Mouhoub MOUHOUD, économiste, Professeur à l’université Paris-Dauphine
33. Hakima BEDOUANI, journaliste/reporter
34. Hamid CHALLAL, militant des droits de l’Homme
35. Madjid OULD-FEROUKH, géographe et géomaticien à Montréal
36. Hacène BOUDJEMA, co-fondateur du Manifeste pour l’Algérie Nouvelle
37. Chérif BENBOURICHE, fondateur de l’ACB-Paris, militant associatif
38. Fatiha RAHMOUNI, avocate et militante des droits humains
39. Aomar LEKLOUM, artiste-peintre et réalisateur
40. Abdelaziz OULD-ALI, citoyen militant, consultant en formation
41. Omar TIBOURTINE, médecin spécialiste, militant démocrate
42. Lalia DUCOS, militante associative
43. Ourida YAKER, productrice
44. Madjid Si Hocine, médecin, animateur du site l’Égalité d’Abord
45. Hocine ALI BENALI, architecte
46. Idris AOURDACHE, chef d’entreprise et entrepreneur social
47. Mohamed KHANDRICHE, sociologue et militant associatif
48. Ali AIT DJOUDI, militant, journaliste
49. Abdelmadjid CHAKER, président de l’association AIDONS Paris
50. Kamel TARWIHT, journaliste
51. Nadia AGLI, architecte, écrivain
52. Yasmine SEGHIRATE, responsable en coopération et développement
53. Karima MEDOUNI, enseignante
54. Louiza NADOUR, poète, écrivain
55. Abdelaziz TABOURI, cadre d’entreprise
56. Mahiedine OUFERHAT, acteur associatif
57. Djamel TIAH, médecin
58. Azzedine SEBA, DRH et responsable associatif
59. Youcef SEDDAS (YOUSS), auteur, compositeur et interprète
60. Samir YAHIAOUI, architecte, activiste
61. Mohand HADDADI, ingénieur et expert en construction
62. Sid-Ahmed AMA, ingénieur d’étude, procédés industriels
63. Hakima BEDOUANI, journaliste
64. Sid Ahmed AMA, ingénieur
65. Faiza BERBER, citoyenne militante
66. Jamel BERBER, citoyen militant
67. El Yamine SETTOUL, Maitre de conférences, CNAM-Paris7
68. Hala FERSADOU, ingénieur chimique
69. Athman SAYAD, enseignant
70. Nadjia BOUZEGHRANE, journaliste
71. Kamel Hamdache, directeur de Recherche au CNRS en Mathématiques
72. Collectif « Révolution du Sourire – Du rejet au projet »
73. Collectif « Dzayer 2.0 »
74. Collectif « Action Citoyenne pour l’Algérie » (ACA)
75. Collectif « Ibtykar »
76. Collectif « Agir pour le Changement et la Démocratie en Algérie » (ACDA)
77. Collectif « Debout l’Algérie »
78. Association des Étudiants Nord-africains de France (ENAF)
79. Riposte Internationale (ONG de défense des droits de l’homme)
80. Union pour le Changement et le Progrès-France (UCP-France)
81. Rassemblement Pour la Kabylie-France (RPK-France)
82. Rassemblement pour la Culture et la Démocratie-Europe (RCD-Europe)
83. Front des Forces Socialistes CAS-France-Nord (FFS-CAS-France-Nord)

Appel à l’initiative de :
Sonia ABES, universitaire
Djalil AMMOUCHE, collectif Dzayer 2.0
Tarik DJOUAB, informaticien
Massinissa AMRAOUI, collectif ACA
Soad BABA AISSA, militante féministe
Mohand BAKIR, collectif Révolution du Sourire
Malika BARAKA, militante RPK
Tassadit BAOUZ, retraitée, ex-membre de la Fédération de France
Mehdi BIOUD, ingénieur
Abdelkarim BOUGUERRA, collectif Révolution du sourire
Belaid DJAMER, collectif Révolution du sourire
Hala FERSADOU, collectif Dzayer 2.0
Hakim GACEM, militant de gauche
Radouane LAHMER, militant UCP-France
Ilyas LAHOUAZI, président association des étudiants ENAF
Akila LAZRI, collectif ACA
Kaci OUACHEK, militant RCD
Karim OUACHEK, cadre en NTIC
Chafia OUTERBAH, collectif Révolution du Sourire
RAHMANIMERAITS Adelkader, directeur commercial
Mourad TAGZOUT, collectif Révolution du Sourire, conseiller municipal Ivry-sur-Seine
Nachida TITOUCHE, sophrologue
Farid YAKER, collectif Dzayer 2.0.

8 COMMENTAIRES

  1. Je ne reconnais aucuns d’´entres eux comme le représentant il n’y a que des kabyles ou presque que viennent faire certains français tout’ cela est une fumisterie laissons les algériens voter ceux qui veulent votent et ceux qui ne veulent pas ne voterons pas point à ligne mais sachez que personne dans tout ces noms ne me représente il ne représente qu’eux mêmes

  2. nous sommes devant le fait-accompli. un peuple qui renonce a sa véritable Origine finis toujours par se chercher et a se rechercher avec une récidive a répétition de Presque 60 années ,sans chercher a savoir d’ou leurs vient se malaise . QUI est identitaire culturelle économique et Sociale . . aujour’d’hui nôtres destins à toutes et à tous est on face de chacun de-nous . SI nous revenons on arrière de plusieurs années . Nous constaterons que que les résultats actuels .C’est à dire d’aujour’d’hui c’est nous mêmes qui l’ais avons préméditer et choisis . car durant les élections des années 90 . C’était une grande chance qu’il fallait saisir . malheureusement les 3 quarts de la population ont fait le choix d’écarter les personnes crédibles démocrates quel que soit leurs niveaux , au contraire ils ont laisser l’échiquier aux mains du régime , pour que l’ont arrives a cette situation . pour provoquer un état de siège et céder de l’espace a un régime de mafieux qui a enracinée la culture de la rech’wa et de la shippa auxquelles la majorité même au milieu de la population avait trouvais son compte . Donc il ne faut pas s’étonner aujour’dhui de ce résultat. il y’a une minorité consciente auprès du peuple . qu’il faut suivre avec conviction volonté et confiances . y’a un proverbe qui dis que l’erreur est humaine .Mais pas sur planche de plusieurs décennies pour ne pas dire ainsi sur plusieurs Siècles . si nous souhaitons sortir de se bourbier . Il ne faut pas avoir honte de S’atteler et de suivre de bon exemples …! l’Épine Soigneuse …..

  3. j’ai remarqué que la grande majorité de ces signataires sont des Kabyles et certains ont mis l’adresse hors Kabylie pour montrer qu’il y a des Arabes algériens de tout le pays qui sont avec le mouvement democratique. Hors c’est faut et completement, les Arabes algériens sont avec la dictature et ne veulent en aucun cas de liberté ni de démocratie dont ils ignorent le sens. Rappelez vous en 1989 quand le parti islamiste FIS a été créé. Pour la première fois, ils avaient le choix de voter pour la démocratie, ils ont préféré voter pour le parti fanatique arabo-islamiste islamiste et avaient tous rejeté le RCD et le FFS parce que kabyle et donc non arabe. Je signalerai que les Kabyles algérois sont des vendus et des traitres face a leur identité et langue kabyle. Ils ont fait leur choix avec l’arabisme et l’islamisme des Arabes orientaux. Ils rejetent leur langue et préférant le créole ou patois arabe algérois ou oranais. Donc, plus la peine de tromper les Kabyles kabyles avec vos histoire du hirak arabe. La seule chose qui vaille la peine pour nous Kabyle c’est la Kabylie et la liberté pour nous Kabyles. Tout le reste n’est qu’une perte de temps

  4. Base sur mon experience, ce projet ne marcheras pas. On n’arrive meme pas a rassembler les Kabyles. De la a s’allier avec des gens qui croient dur comme fer a leur Algerie arabe,,,, Vous perdez votre temps. Je voie souvent ces listes avec les meme noms. leurs espoirs bien fondes en place, mais a chaque fois cela se termine dans du vide.

  5. Non à la réhabilitation des partis pourris, foutus, morts, détestés et désertés par la population. Car ce ne sont plus des partis d’opposition, mais des groupes et/ou groupuscules à la solde de la Police politique, le DRS/ex SM….

    Non aux patchworks et cocktails Molotov ou ´ mélanges explosifs ‘

    La Diaspora doit aider, mais ne doit pas tenter de ´ décider où commendes…. le principe édicté par le Congrès de la Soummamm doit respecté intégralement : ´ la primauté de l’intér sur l’ext ‘….
    Le texte ici publié outrepasse ce principe, nous n’acceptons / n’accepter jamais un tél affront, ce flagrant dépassement….
    Comme nous nous élevons encore et toujours contre ces valets et informateurs de la Gestapo locale, qu’ils soient artistes, poètes, journalistes ou autres autoproclamé.e.s ceci où cela….

  6. Démocratiser l’Etat arabe ne ferait pas un Etat Amazigh. Poser les vraies questions pour que peut etre aboutir aux solutions idoines. A’ moins que l’on feint les solutions en coiffant la sensibilité citoyenne. Réformer l’arabisme c’est comme croire que les singes maquillés pourraient renoncer à la grimace….
    Yenza w’oulach

  7. CELÀ NE CONCERNENT NULLEMENT LES KABYLES ÉCLAIRÉS!…. VOUS VOULEZ DÉFENDRE LES MOULINS À VENT?!.. ET BIEN, RETOURNEZ-VOUS VERS LES ALGÉRIENS!… POUR NOUS, RIEN À SIGNALER, NOUS SOMMES KABYLES ET SEUL LA KABYLIE L’EMPORTE!….

  8. Un véritable patchwork intégré par des partis et des collectifs portant des projets politiques aux antipodes. Encore un enième machin pour amuser la galerie.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici