Après l’assassinat d’un quadragénaire : Rassemblement de protestation à Tizi Ouzou

2
pompiers

TIZI OUZOU (Tamurt) – Le comité du village Boudjima, chef-lieu communal situé à vingt deux kilomètres au nord-est du chef-lieu de la wilaya de Tizi-Ouzou, a appelé cette semaine à un rassemblement de protestation pour ce vendredi 20 octobre à partir de 10 heures. L’appel à cette action de protestation intervient une dizaine de jours après l’assassinat du citoyen Kebir Samir, qui avait quarante ans, par un autre citoyen du même village présentant des troubles psychologiques.

La victime s’était rendue dans un café du village quand le meurtrier l’a surpris par derrière en lui assénant plusieurs coups de couteaux notamment au niveau de la tête. Après trois jours au service de réanimation du centre hospitalo-universitaire « Nedir Mohamed », Kebir Samir est décédé, laissant une veuve et un petit garçon de quatre ans. Ce drame a provoqué une onde de choc inégalée dans tout le versant nord de la wilaya de Tizi-Ouzou. La population de Boudjima est toujours sous le choc. « La victime était un citoyen extrêmement gentil et très modeste. Il était estimé de tout le monde », souligne l’un de ses amis, joint par téléphone. Ce dernier nous dira en outre que son agresseur est un multirécidiviste. Il a agressé grièvement plusieurs autres habitants du même village et même des jeunes filles. Mais il n’a jamais été inquiété car à chaque fois, son état de santé psychologique était mis en avant et lui permettait de s’en sortir. Cette fois-ci, la famille de la victime, en l’occurrence Kebir n’est pas prête à abdiquer.

Cette action est d’ailleurs organisée par le comité de village en collaboration avec la famille du regretté Kebir Samir. Le sit-in, qui se tiendra ce vendredi à Boudjima, vise donc à exiger que la loi soit appliquée dans toute sa rigueur concernant le meurtrier de Kebir Samir mais aussi à dénoncer « la corruption de la justice algérienne ».

Tahar Khellaf