Arrêtez ces crimes contre l’humanité et la torture

13

CONTRIBUTION (Tamurt) – La minorité mozabite, de culture amazighe et Ibadites idéologiquement habite La région du Mzab à Ghardaia au sud de l’Algérie subit et vit au rythme de violations graves périodiques de ses droits humains depuis l’indépendance à nos jours.

Les informations et les documents sur ces violations des Droits de l’Homme et des crimes contre l’humanité sont devenus visibles avec le développement des moyens de communication et des médias, et la chute de la barrière de la psychose et de la peur construite et entretenue au fil des ans par les pratiques suscitées du pouvoir algérien aidé dans cette sale besogne par certains mozabites, porte-parole du pouvoir au sein de leurs communauté (les notables et leurs satellites).

Que s’est-il passé dernièrement dans la ville de Guerara à Ghardaia ? Des atrocités racontées et filmées par certains citoyens. Elles sont la preuve vivante de ces violations et ces crimes périodiques et contenus par des instances officielles, notamment les corps sécuritaires et l’appareil judiciaire contre la minorité mozabite :

– Arrestations sélectives raciales scandaleuses.

– Complicité insolente des policiers en tenues officielles dans le soutien des agresseurs et les destructeurs des biens mozabites. Ils leurs assurent l’impunité et la liberté d’action pour agresser et punir les Mozabites et aussi pour piller, détruire, incendier leurs biens, et empêcher en même temps ces malheureux mozabites de se défendre. Les policiers ont poussé leur sadisme jusqu’à les arrêter, s’ils tentent de se défendre.

– Passage à tabac et torture des détenus mozabites dans les postes de police d’une façon humiliante et dégradante.

– Mise à nue et harcèlements sexuels des Mozabites détenus à l’intérieur des postes de police, le sadisme de ces derniers les a poussés jusqu’à les photographier dans des positions sexuelles humiliantes.

La minorité mozabite dans les différentes villes du Mzab souffre depuis des décennies et continue à souffrir de ces pratiques et de ces crimes commis par les forces de sécurité et l’appareil judiciaire qui se comportent d’une façonne haineuse comme des colonisateurs dans une terre conquise. Ils traitent les Mozabites méchamment comme des colonisés quand l’occasion se présente et montrent toute leur férocité raciste, le mépris et l’application de la politique d’apartheid en plein jour, encouragés par le silence, l’opacité et la manipulation de l’information par les médias nationaux et aussi le silence déroutant adopté par l’intelligentsia et la classe politique et sous divers prétextes inappropriés (préservation de l’unité nationale… ). Mais aussi par le silence des gouvernements démocrates des pays occidentaux qui ont des intérêts économiques avec le régime algérien qui achète leur silence contre les privilèges de l’extraction et de l’exploitation du pétrole et du gaz, par ironie du sort, de la région du M’zab et ces environs !

On laisse le Mozabite seul avec sa peur ne sachant ni quand ni comment affronter son destin quand il sera attaqué par ce pouvoir monstrueux et dictateur. Les évènements de Ghardaïa en 1985 et les évènements de Berriane 1991 et 2008 sont frais.

– Son domicile sera-t-il violé, pillé puis incendié ?

– sera-t-il incarcéré et poursuivit en justice et privé de ses droits sans crime commis surtout si il est un activiste humanitaire ?

– Pourquoi sa société risque toutes ces punitions de la part des représentants d’un pouvoir démocrate de façade, et d’apparence, dictateur dans le fond. Un pouvoir qui étouffe les libertés, ne reconnait guère la diversité culturelle, ni religieuse. Un pouvoir qui leur fait subir la politique de l’élimination progressive de la culture mozabite (l’ethnocide).

Devant tous ces dépassements, il ne nous reste plus comme Mozabites persécutés dans la terre de nos ancêtres que de demander et d’insister de la communauté internationale qui n’accepte pas ces pratiques racistes et à sa tête l’Organisation des Nations unies par le biais du Haut-commissariat des droits de l’homme et la Cour pénale internationale d’intervenir rapidement par l’ouverture d’une enquête complète et approfondie – loin des représentants officiels du pouvoir et des Mozabites porte-parole du pouvoir à l’intérieur de la société mozabite, qui justifient tout le temps les crimes du pouvoir- pour arrêter ces crimes contre l’humanité, les faire connaitre et punir les ordonnateurs et les exécuteurs quel que soit leur poste ou leur grade.

Dr Kameleddine Fekhar

Journaliste indépendant et Militant pour la démocratie

Activiste pour la défense des droits humains

1- une vidéo des évènements de Guerrara novembre 2013 qui montre La cohésion et de la coopération de la police avec les arabes qui agressaient les mozabites sans arrêter aucuns d’eux: http://www.youtube.com/watch?v=uBk8IInWssQ

2- une vidéo des évènements de Berriane 2008 qui montre la cohésion et de la coopération de la police avec les arabes agresseurs contre les mozabites et l’arrestation d’un mozabite qui défendait un cimetière de ses ancêtres : https://www.youtube.com/watch?v=zsWg5RZtnRw

3- une vidéo qui montre clairement la sélectivité et le racisme de la police contre des activistes humanitaires mozabites lors d’un sit-in pacifique le 26 mars 2013 à Ghardaïa et la libération d’un protestataire après avoir découvert qu’il n’est pas mozabite. http://www.youtube.com/watch?v=p7uLmet43e8