Attentat en France : 1 mort et des blessés

9

FRANCE (Tamurt) – L’attentat s’est produit dans une usine d’Air Product à Saint-Quentin-Fallavier, près de Lyon. Un premier bilan fait état d’un mort et de deux blessés au moins.

Un attentat près de Lyon a fait un mort et plusieurs blessés dans une usine de gaz industriels à Saint-Quentin-Fallavier, dans le nord de l’Isère en France. « Selon les premiers éléments de l’enquête, un ou plusieurs individus, à bord d’un véhicule, ont foncé sur l’usine. Une explosion s’est alors produite ».

Plus précisément, un des auteurs de l’attentat est entré dans l’usine Air Products, classée Seveso (site sensible), un drapeau islamiste à la main et y a fait sauter plusieurs bonbonnes de gaz, a dit une autre source proche du dossier. Un homme serait mort, décapité, et deux personnes auraient été légèrement blessées. La tête décapitée et recouverte d’inscriptions en arabe était accrochée à un grillage extérieur, selon une autre source proche de l’enquête.

Un homme soupçonné d’avoir participé à cette attaque a été arrêté par les gendarmes, ont précisé à l’AFP des sources proches du dossier. Il serait connu de la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). Des recherches sont en cours pour vérifier s’il était ou non accompagné d’un complice.

Source : Les Echos.

 13 h 20 Selon le Dauphiné Libéré, une seconde personne a été interpellée. Il s’agit du conducteur aperçu ce matin en train de faire les allers retours devant la société à bord d’une Ford Fusion peu avant l’attentat. Il demeure sur le secteur de Ville-fontaine

Une personne interpellée a été neutralisée par un employé du SDIS » détaille Bernard Cazeneuve. Il « remercie les forces de sécurité de la rapidité de leur intervention ». « Le suspect se prénomme Yacine Sali » selon Cazeneuve et est « connu des services antiterroristes.

14h00  Yacine Sali faisait « l’objet d’une fiche S éditée en 2006 non renouvelée » auprès des services secrets » mais « n’était pas fiché comme ayant voyagé en Syrie ou en Iraq ». Il « résiderait  à Saint-Priest et n’a pas de casier judiciaire » selon le ministre de l’Intérieur et est « en relation avec la mouvance salafiste ».

Le président français François Hollande qui participait depuis ce matin  à un sommet européen à Bruxelles rentre à Paris en tout début d’après-midi.

Son premier ministre Manuel Valls écourte son voyage en Amérique du Sud pour rentrer à Paris

 image isere

14h25   La victime a été identifiée comme un gérant d’une société de transport demeurant à Chassieu dans le Rhône qui était sur le site de l’entreprise attaquée. Il venait pour une livraison

14h 50   La BRI est intervenue au domicile du suspect, à Saint-Priest. Il y vit depuis six mois avec sa femme et ses trois enfants.

15h00  EUROPE 1 a pu joindre la femme du suspect de cet attentat voici sa réaction:

« J’ai le cœur qui va s’arrêter ». « Je ne sais ce qui se passe ? Ils l’ont arrêtés ? », demande-t-elle. « Il est parti au travail ce matin à 7 heures. Il fait des livraisons. Il n’est pas rentré entre midi et deux, moi je l’attends pour l’après-midi. Ma belle-sœur m’a dit ‘allume la télé, il y a le journal. Et là, elle est en train de pleurer. Moi j’ai le cœur qui va s’arrêter », confie la jeune femme. « Moi je le connais c’est mon mari. On a une vie de famille normale. Il part au travail, il rentre », explique-t-elle. « Là il n’y a même pas de connexion, il est sur messagerie », s’inquiète la mère de famille. 

« Nous sommes des musulmans normaux ».« Nous sommes des musulmans normaux. On fait le ramadan. On a trois enfants et une vie de famille normale », assure la compagne du suspect. « Qui je peux appeler pour qu’il me donne plus de renseignements parce que là je ne comprends rien », demande-t-elle paniquée, avant de confier : « j’ai peur de faire quoi que ce soit ».

15h13 : La personne décapitée était un chef d’entreprise du Rhône

La dépouille de la personne retrouvée décapitée est celle d’un chef d’entreprise de la banlieue de Lyon, a-t-on appris de sources proches du dossier. Aucun autre détail sur l’identité de cette victime n’a été donné par ces sources.

15h46 : L’épouse de Yassine Salhi interpellée

L’épouse de l’auteur présumé de l’attentat commis vendredi à Saint-Quentin-Fallavier (Isère), Yassin Salhi, a été interpellée près de Lyon, a appris l’AFP de source judiciaire.

Il s’agit de la troisième interpellation, après celles de Yassin Salhi et d’un autre homme, qui avait été repéré en train de faire des allers-retours suspects aux abords du site de gaz industriels où a été commis l’attentat.

16h14 : La victime était le patron du suspect

Selon un  journaliste sur place, la victime décapitée était le patron du suspect interpelé. Selon  une source proche du dossier, Yassin Salhi serait entré sur le site industriel en brandissant la tête coupée de son patron, avant d’aller l’accrocher au grillage. Ils faisaient tous les deux partie d’une entreprise de livraison basée à Chassieu, prestataire d’Air Product. «Ce qui explique qu’ils ont pu pénétrer sur le site sans problème». En revanche, les enquêteurs n’ont pas encore déterminé à quel moment précis la victime avait été décapitée.

16h15 – Une équipe de pompiers a été accueillie au cri d' »Allah Akbar »

Selon l’analyse des images de vidéosurveillance, sa tête a été mise sur un grillage par son assassin présumé, a indiqué une source proche du dossier. L’auteur présumé de l’attentat, Yassin Salhi, 35 ans, a ensuite percuté des bouteilles de gaz avec la camionnette de la société de la victime, provoquant une explosion.

Puis, il est sorti du véhicule pour se rendre dans un bâtiment proche et manipuler d’autres bouteilles. Une équipe de pompiers, appelée en secours, a été accueillie par Yassin Salhi au cri de «Allah  Akbar» (Dieu est le plus grand)

Les pompiers sont parvenus à le ceinturer et à le maîtriser en attendant l’arrivée des gendarmes, selon une des sources proches du dossier.

16 H 39 : Déclarations de François Holland 

« La victime lâchement assassinée avait 50 ans, il y a eu 2 blessés légers » (Hollande).

 « Le plan vigipirate placé en alerte maximum en Rhône-Alpes pendant 3 jours » (Hollande).

« Tirer les conclusions, c’est continuer à agir pour lutter contre le terrorisme, ici en France, et partout dans le monde » (Hollande).

« Il n’y a pas de lien à établir si ce n’est que le terrorisme est notre adversaire, qu’il frappe partout, au Koweit aussi » (Hollande).

 « Des forces sont aujourd’hui déployées comme jamais depuis des décennies dans notre pays » (Hollande).

19h00 : La Maison Blanche a condamné les attaques «odieuses» survenues vendredi en France, en Tunisie et au Koweit, et exprimé la solidarité des Etats-Unis ainsi que leur volonté de «combattre le fléau du terrorisme».
«Nous nous tenons aux côtés de ces nations pendant qu’elles font face à des attaques sur leur sol aujourd’hui, et nous avons été en contact (…) avec ces trois pays pour offrir toute l’aide nécessaire», a indiqué la Maison Blanche dans un communiqué.