Attentats au Niger: assaut franco-nigérien à Agadez, les derniers islamistes tués

0

Un assaut des forces nigériennes et françaises a tué vendredi à Agadez les derniers islamistes impliqués dans l’un des deux attentats-suicides ayant fait la veille une vingtaine de morts dans le nord du Niger.

Donné pour mort par le Tchad, le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar a revendiqué les attaques de jeudi, les premières du genre au Niger, qui ont visé l’armée nigérienne à Agadez et le site d’uranium du groupe nucléaire français Areva à Arlit, à plus de 200 kilomètres au nord. Il a menacé de frapper encore le Niger ainsi que les autres pays engagés au Mali.

A Agadez, la grande ville du Nord désertique, l’armée nigérienne et les forces spéciales françaises sont intervenues vendredi matin dans le dortoir du camp militaire où étaient retranchés les derniers assaillants.

La situation est stabilisée, en particulier à Agadez, où nos forces spéciales sont intervenues en soutien des forces nigériennes à la demande du président (nigérien Mahamadou) Issoufou», a souligné le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, sur BFMTV

Areva a fait état d’un tué et de 14 blessés parmi ses employés nigériens à Arlit, après l’explosion d’un autre véhicule piégé peu après l’attentat d’Agadez. Deux kamikazes ont été tués, selon les autorités nigériennes. Le patron du groupe nucléaire, Luc Oursel, s’est rendu sur place vendredi.

AFP