AZAWAD – Alerte humanitaire

1

La saison des pluies est suffisamment avancée malgré tout, à ce jour, dans la bande sahelo saharienne, il n’a encore pas plu ou presque.
Les régions de Kidal, Gao et plus sévèrement la région de Tombouctou sont affectées. Les zones traditionnelles de repli, en tout cas, pour les éleveurs de la région de Tombouctou, notamment, le Hodh Echarghi (wilaya de Nema) dans le sud est mauritanien subissent aussi la même sécheresse.

D’importantes pertes en cheptel sont déjà enregistrées toutes espèces confondues (bovins et petits ruminants, camelins). Près de 700 000 têtes (bovins, camelins et petits ruminants). Des familles entières ont déjà perdu tout leur bétail et les estimations des pertes en bétail, à confirmer, s’élèveraient à 30%.

Les répercussions sur les populations sont évidentes, en tout cas, pour presque 300 000 personnes dont l’élevage représente l’unique activité économique, source de revenus.

Il s’agit d’une véritable catastrophe humanitaire dans des zones suffisamment éprouvées par un conflit qui dure depuis deux ans. Les groupes les plus touchés sont aussi les plus vulnérables en raison de leur localisation dans des zones isolées du fait du conflit au Mali.

La CCA invite les Etats, la communauté internationale, notamment, les agences intergouvernementales ainsi que les ONG internationales à se mobiliser rapidement pour éviter encore un drame humanitaire imminent.

Coordination des cadres de l’Azawad
Ansari Habaye
Président