Bennadji rappelle au RCD ses souvenirs avec Bouteflika, Nezzar, Toufik et Hafiz El Assad

3
Braham Bennadji
Braham Bennadji

KABYLIE (TAMURT) – Le député indépendant de Bgayet, Braham Bennadji, en guise de réponse aux attaques dont il a fait l’objet, ces dernières semaines, de la part du RCD (Rassemblement pour la Culture et la Démocratie) vient de réagir en rendant publique une déclaration ou il rappelle certaines vérités sur le parti dit démocratique, le RCD.

Brahim Bennadji, qui ne mâche pas ses mots, souligne au sujet du RCD : « Pour ces apprenti-sorciers, participer au gouvernement de « l’ami » Bouteflika, s’afficher avec le général Nezzar, fréquenter assidument Toufik, embrasser chaleureusement Ali Djeddi et Boukhamkhem du FIS, parti à l’origine de l’assassinat de Rachid Tigziri et de 126 militants du RCD, se réunir avec Djaballah et Mokri, réserver un standing ovation à Belkhadem lors du congrès du RCD, prononcer la Fatiha devant le cercueil du père de Baathisme Hafez El Assad, relève de la stratégie et de l’intelligence politique ». Qu’est-ce qui est à l’origine de cette diatribe entre le député indépendant et le RCD ? Braham Bennadji répond : « Afin d’anticiper son échec annoncé à l’occasion des élections sénatoriales, le RCD s’est cru malin d’orchestrer une compagne de dénigrement à mon encontre, afin de masquer sa faillite électorale et politique à Béjaia. Tenter d’exploiter une photo prise à chaud, lors d’une réception ouverte organisée par mon ami Massinissa Ouari dans un lieu public, pour tirer des conclusions de connivence ou d’adhésion au FLN, ces misérables n’ont lésiné sur aucun moyen ».

Le concerné ajoute : « répondre à une invitation d’un ami et concitoyen qu’a été pour beaucoup lors de ma compagne électorale législative devient à leurs yeux un délit de haute trahison ». Et d’ajouter : « Je n’ai pas de leçons de militantisme à recevoir de qui que ce soit, mon parcours et les positions résolument anti-pouvoir parlent pour moi ». Le même député rappelle en outre que : « Contrairement au RCD qui siège avec les partis du pouvoir FLN et RND au sein des assemblées élues de la wilaya, et au moment où ses militants crient au loup, Sadi se réunit clandestinement avec Ouyahia pour négocier des strapontins à Béjaia et Tizi Ouzou ».

Le député indépendant ajoute : Demandez pour qui le parti d’Ouyahia a voté à Béjaia lors de ces sénatoriales ? « Et en faveur de qui le parti de Said Sadi a voté à Bouira, Boumerdes et Sétif ? Vous comprendrez jusqu’où peut-on aller en matière de duplicité, d’hypocrisie et de compromission politique, de ces donneurs de leçons », explique Braham Bennadji.

Tarik Haddouche