Bgayet : 22 maires refusent d’encadrer la présidentielle du 12 décembre

1
Les maires de Bgayet
Les maires de Bgayet

KABYLIE (TAMURT) – Pas moins de vingt-deux présidents d’assemblées populaires communales (APC) de la wilaya de Bgayet ont déclaré unanimement, hier, qu’ils refusent de prendre part à l’organisation et à l’encadrement de la présidentielle algérienne du 12 décembre 2019.

En effet, les maires de 22 communes de Bgayet ont dit à non à ce qu’ils qualifient de mascarade électorale. Il s’agit des maires de : Fénaia, Feraoun, Bouhamza, Amalou, Ath Maouche, Awzelaguen, Mcisna, Chemini, Sidi-Aich, El Flay, Akfadou, Tinebdar, Ath Djellil, Ait Rzine,Tazmalt, Smaoun, Chellata, Seddouk, Ath Mlikeche,Tamridjt et Barbacha. Dans leur appel, les 22 maires soulignent : « Aujourd’hui, 20 septembre 2019, nous, maires de la wilaya de Béjaïa, réitérons notre rejet de mettre en place les modalités techniques pour l’organisation des élections présidentielles du 12 décembre 2019 en Algérie, et de ce fait, déclarons officiellement notre refus catégorique à prendre part à cette mascarade électorale ».

Les concernés soulignent en outre : « En effet, notre niet est indiscutable et nous plaçons la volonté populaire au-dessus de toute considération. La seule voix légitime est celle du peuple. Nous nous élevons, également, contre les multiples viles pressions exercées par le pouvoir illégitime en place sur les secrétaires généraux des communes afin de les obliger à s’impliquer dans ce processus électoral avorté et leur rappelons que les maires sont, au vu de la loi, les seuls représentants de l’État au niveau de nos territoires respectifs ».

Les maires de Bgayet avertissent qu’aucune autorité ne peut se substituer aux élus du peuple et « attestons que nous ferons tout pour empêcher le déroulement de ces élections qui ne sont en réalité qu’une émanation du pouvoir, et qui s’inscrivent dans une logique d’alternance clanique à l’intérieur de la diaspora de la honte et usurpatrice de la volonté de tout un peuple ».

Tarik Haddouche 

1 COMMENTAIRE

  1. Les maires ne doivent plus participer à la négation identitaire. Ils doivent parler kabyle dans les assemblées et dans le quotidien avec les citoyens. On est pas obligés de devenir arabes pour être citoyens

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici