Clôture du premier festival des Arts plastiques berbères à Paris

2

Elle a réussi à susciter un grand engouement de la part d’un public, qui, finalement, avait soif de découvrir ou redécouvrir les arts plastiques, mais également de la part des artistes plasticiens qui ont souhaité participer à faire découvrir ce domaine des arts souvent méconnu ou mal compris. Ils sont venus de la province de France, d’Allemagne ou d’Espagne, afin de participer à Paris, à l’exposition, qu’ils soient kabyles, chaouis ou d’autres coins de l’Algérie, berbères marocains, touaregs du Niger, etc.

Par ailleurs, le festival a été l’occasion de rendre hommage au grand maître de la peinture algérienne moderne M’hammed Issiakhem, et pour ceci elle remercie vivement la famille et le fonds Issiakhem qui ont tenu à prendre part à l’événement, à Madame Djamila Kabla-Issiakhem qui s’est déplacé spécialement d’Algérie afin de parler de la vie et de l’œuvre de l’artiste décédé il y a 27 ans de cela, ayant souffert sa vie entière de n’avoir pu se faire comprendre d’un public encore hermétique aux arts plastiques.

L’association Culture B. remercie chaleureusement le public d’être venu nombreux, les artistes ayant participé d’une manière ou d’une autre, et s’excuse de n’avoir pu les accueillir tous à cause de l’espace limité.
Rendez-vous est donné prochainement pour d’autres rencontres artistiques.

Kahina SLIMANI

P/Culture B.