Coronavirus : Bgayet et Tizi Ouzou villes mortes

0
Béjaia
Béjaia

KABYLIE (TAMURT) – C’est la première fois, depuis le 22 février 2019, que les villes de Bgayet et Tizi Ouzou n’abritent pas les marches hebdomadaires du vendredi. Hier, les deux chefs-lieux des wilayas de Bgayet de Tizi Ouzou étaient tout simplement des villes mortes suite aux différents appels ayant été lancés ces derniers jours.

La sagesse et la prise de conscience a finalement prévalu puisque les pressants appels, lancés ces derniers jours, pour renoncer temporairement à la tenue des marches du vendredi, ont finalement été entendus et ne sont pas tombés dans l’oreille d’un sourd. Même s’il y a eu des voix suicidaires qui n’ont pas hésité à faire campagne en faveur du maintien des marches malgré les dangers qu’un tel choix pouvait comporter inéluctablement, la population kabyle n’a pas cédé aux chants des sirènes. Elle a mesuré l’ampleur du danger qui guettait le maintien de ces marches puisque la première et principale consigne ferme donnée à l’unanimité par les spécialistes pour éviter la propagation du coronavirus, mortel faut-il le rappeler, consiste à éviter tout rassemblement de quelque nature qu’il soit. Mieux encore, depuis hier également, la majorité des cafés maures, des bars, des dépôts de vin et des restaurants ont baissé rideau jusqu’à ce que la situation s’améliore et que le risque soit écarté.

La Kabylie emboite ainsi le pas à des pays ayant beaucoup plus de moyens et de compétences médiales n’ayant pas hésité à prendre des mesures radicales et strictes pour se prémunir autant que faire se peut contre ce virus mortel. En outre, des centaines de citoyens de Kabylie se sont retroussé les manches afin de mettre en œuvre un plan de désinfection des lieux publics susceptibles de constituer des zones de transmission du virus en question. Même les femmes dans les villes et les villages se sont mises de la partie. Il faut préciser en outre qu’une panique sans précédent a gagné la majorité de la population kabyle surtout à la vue des bilans macabres enregistrés en Italie, en Espagne et en France.

Tarik Haddouche

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici