Déclaration du RPK au sujet de l’arrestation de Rebrab: Non à la justice aux ordres !

1
Reunion-de-travail-du-RPK
Reunion-de-travail-du-RPK

COMMUNIQUÉ RPK (TAMURT) – La justice, toujours inféodée au système corrompu et autoritaire, a procédé, sous une couverture médiatique publique téléguidée, à l’arrestation du PDG de groupe CEVITAL, M. Issad REBRAB, en bafouant le principe élémentaire de présomption d’innocence.

Cet opérateur qui a subi, pendant des années des actes de représailles économiques et des sabotages répétés sur ses usines, pour cause de ses distances par rapport au pouvoir incarné par Bouteflika, se trouve ainsi emprisonné pour des soupçons de fraude de surfacturation alors que ce grief a fait l’objet d’un traitement judiciaire, et par deux fois il a statué en sa faveur. La teneur de l’accusation, le poids de Cevital dans l’économie nationale et l’impact sur le plan social sur des milliers de travailleurs, ne peuvent dans tous les cas justifier la mise sous mandat de dépôt.

C’est dire que la reprise de ce dossier, dans les circonstances actuelles, n’obéit qu’à des considérations purement politiques et à ternir l’image d’un homme qui a apporté du travail et de la richesse à ses concitoyens et qui a honoré par ses activités l’Algérie de par le monde. Tout le monde sait que les vrais faits de corruption qui ont porté atteinte à l’économie nationale sont le produit de ceux qui ont eu une proximité avec les cercles du pouvoir, notamment par l’octroi de commandes publiques se chiffrant en centaines de milliards de dollars.

La justice algérienne, restée silencieuse sur les nombreux dossiers de corruption portés à la connaissance du public par les organes de presse nationale et internationale, ne peut objectivement s’attaquer à ce fléau parce qu’une justice qui fonctionne sous les ordres est une justice qui agit hors de la loi et n’a pour finalité que les règlements de comptes. Jeter en pâture en ce moment, dans l’opinion publique, quelques noms n’est qu’un acte de diversion. Ce qui est revendiqué par le mouvement du 22 février c’est d’abord la consécration de la souveraineté populaire qui ne peut se traduire que par la mise en place d’une Justice indépendante de tous les pouvoirs, y compris de l’institution militaire qui s’arroge, ces derniers jours, des prérogatives qui ne sont pas les siennes. C’est en mettant de véritables institutions, naturellement dans le cadre d’un processus de démocratisation de l’Etat, qu’une opération mains propres peut être engagée.

Le Rassemblement Pour la Kabylie, tout en réaffirmant son soutien à M. Issad REBRAB dans cette cabale dont il est encore une fois victime, met en garde le pouvoir dans ses desseins de déstabilisation de la Kabylie. La stigmatisation outrancière et indigne de cette région peut engendrer des dérapages dangereux. Certaines décisions, certaines déclarations qui viennent des centres du pouvoir sont de nature à mettre en danger la cohésion nationale. Ceux qui sont prêts à mettre en danger la nation pour continuer à régner en maîtres doivent savoir que la Kabylie, région ayant le plus souffert de ce régime, est plus que déterminée à lutter pacifiquement avec tous les Algériens pour un véritable changement démocratique.

Les citoyens et les citoyennes sont appelés à faire preuve de vigilance, à ne pas répondre aux provocations et ne pas se laisser entrainer, dans tous les cas, sur le terrain de la violence. La mobilisation populaire doit continuer sans faiblir, dans le même esprit que les dernières semaines, jusqu’au démantèlement total du système.

P/Le Bureau du RPK réuni le 23/04/2019
Le Coordinateur, Hamou BOUMEDINE

1 COMMENTAIRE

  1. De deux choses l’une, ou c’est de la naïveté désarmante ou c’est du cynisme au plus haut degré dont fait preuve ce RPK. Croire ou faire semblant de croire en un amendement du régime algérien dans un processus démocratique qui accepterait les kabyles pour ce qu’ils sont en respect de leur identité propre est une utopie du même acabit que celle de construction d’un monde communiste. Malgré tous les coups de boutoir encaissés par la kabylie ce RPK qui n’existe qu’a travers les journaux continue son discours lénifiant et soporifique pour endormir les kabyles. Perdant de vue la règle essentielle instituée par ce régime qui consiste à n’accepter un kabyle à condition sûil renonce justement à sa kabylité et dise qu’il est seulement arabe algérien. Pour être algérien, il faut donc se nier soi même. Ainsi après tous les coups bas, toutes les avanies que ce régime impose à la kabylie, il se trouve des Hamou Boumediene, pour vouloir accrocher le wagon kabyle à la locomotive arabo-algerienne. D’ailleurs l ce nom de Boumediene de triste mémoire, ne signifie t’il pas tant de souffrance pour la kabylie ??
    Pour en revenir à M Rebrab dont tout les observateurs s’accordent a dire qu’il fait partie d’une sorte de jeu de billard dans laquelle on frappe une boule pour en atteindre une autre, il est curieux que seul les kabyles se lèvent pour le défendre et dénoncer l’injustice dont il est l’objet. Et pourtant avec ses projets disséminés partout en algérie, il a créé plus d’emploi en pays arabe qu’en pays kabyle pour éviter justement d’être traité de régionaliste.Pourquoi tous ces arabes a qui il donne un salaire à la fin du mois ne se lèvent pas avec les kabyles pour le défendre ??

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici