Feux de forêt à Tizi-Ouzou : 1306 ha détruits au cours de cet été

4

TIZI-OUZOU (Tamurt) – Rien que dans le domaine sylvicole, les feux ont ravagé, depuis le début de l’été jusqu’au 31 du mois d’août dernier, 1306 ha ont été ravagés par les incendies dont le nombre enregistré est de 194.

C’est ce qu’a révélé, hier, le conservateur services des forêts de la wilaya de Tizi-Ouzou, M. Mousa Tabti, dans une communication faite autour de son secteur, à l’issue du conseil de wilaya dont les travaux ont été consacrés aux rentrées sociale, scolaire, universitaire et professionnelle de l’année 2014-2015.

L’auteur de la communication précise que 336 ha détruits par les flammes concernent les forêts, 473 ha les maquis et 497 ha les broussailles.
Concernant le secteur agricole, le premier responsable de la conservation forestière relève que 29 feux ont parcouru 409 ha d’arbres fruitiers. Par ailleurs, ces feux ont causé d’autres dégâts qui se résument à 04 poulaillers en bois et vides, 03 poulaillers
en serre et vides. En ce qui concerne les animaux, les dégâts ont porté sur 3060 poules pondeuses, 3000 poulets de chair, 60 dindes, 700 poussins et 82 ruches pleines.

A la lumière des ses analyses, il ressort que les incendies se déclarent surtout lors des journées chaudes. L’humidité est aussi une donne à inscrire au chapitre d’incendies. En matière de températures justement, l’auteur de la communication a révélé que le mois d’août 2014 a connu des températures moyennes de 34,8 °C sous abri et de 43,3°C au soleil. Quant au taux d’humidité minimal observé, il est de 20% durant les journées des 09, 22 et 27 août. Les températures maximales observées ont été de 51,5 C au en plein soleil et de 41 C à l’ombre au cours de la journée du 09 août. Au cours de cette journée, le nombre d’incendies enregistrés a été de 05. Le plus grand nombre d’incendies a été de 13 et c’était le 18 août. Lors de cette journée, la température a atteint 49,5°C en plein soleil et 38, 5°C à l’ombre.

Accordant un grand intérêt pour le détail – essence même de la communication – le conservateur des services des forêts de la wilaya de Tizi-Ouzou a relevé également que des épisodes de sirocco ont été relevés au cours des journées des 08, 09, I8 et I9 août ; ce qui explique la récurrence, ainsi que l’intensité relativement élevée des incendies survenus durant pratiquement 20 jours de suite durant ce mois d’août. Et pour mieux appuyer le bien-fondé des thèses et analyses de ses services, M. Moussa Tabti citera ces exemples : le feu de Taka, dans la commune de M’kira, daïra de Tizi-Ghnif qui, le 08 août, a parcouru une superficie de 08 ha, le feu de Lemghasselle, dans la commune et daïra de Makouda qui, le 19 août, a parcouru une superficie de 195 ha et le feu de Taguemount-Oukarrouche, commune d’At-Douala qui, le 27 août, a parcouru une superficie de 29 ha.

Après avoir passé au peigne fin la situation de son secteur, l’auteur de la communication a affirmé en termes de conclusion que « la protection de notre patrimoine forestier reste l’affaire réservée exclusivement aux seuls spécialistes de la défense contre les incendies. La moitié des surfaces brûlées chaque année est enregistrée durant un nombre limité de jours où se conjuguent les effets de chaleur, de la sécheresse, du vent avec l’imprudence de l’homme. C’est pourquoi, l’ensemble des moyens doit être mobilisés pour une protection plus efficace et durable de nos forêts ».
Notons enfin que la communication faite par le conservateur des services des forêts de la wilaya de Tizi-Ouzou n’a laissé aucune zone d’ombre quant à la situation de son secteur. La communication a été si explicite qu’il n’a pas été utile de poser des questions pour un complément d’informations. D’ailleurs, même Abdelkader Bouaghzi, qui a pourtant « cuisiné » les autres intervenants, n’a trouvé à redire sur l’intervention de M. Moussa.
La seule curiosité du wali, une question d’ailleurs pertinente, à l’endroit du premier responsable des services des forêts de la wilaya de Tizi-Ouzou était de savoir si les incendies « dans notre wilaya sont une fatalité ou sont dus à une éventuelle faille dans le mécanisme de protection ? « Il serait souhaitable que nous renforcions nos moyens de protection des forêts », a répondu tout simplement Mousssa Tabti.