Il est nommé chef de cabinet de la présidence : Ahmed Ouyahia, le « revenant » !

19

ALGÉRIE (Tamurt) – Évincé comme un malfrat du gouvernement, le serviteur Ahmed Ouayahia, colonel du DRS, est revenu de nouveau à la présidence. Il a été nommé hier chef-de cabinet de la présidence. Les décideurs ont fait appel à lui, en cette période cruciale. Ouyahia a bien évidement accepté. Il n’a pas le choix, car il sait bien qu’il ne peut rien faire en dehors des cercles officiels et qu’il doit obéir à ses chefs.

Le retour d’Ouyahia au sérail est, par ailleurs, perçu comme un compromis entre le DRS et le clan de Bouteflika.

Ce n’est un secret pour personne, l’ex-patron du RND a été imposé à Bouteflika par le cabinet noir du DRS. Bouteflika voit toujours dU mauvais œil la présence de ce « bébé moustachue » à ses côtés. Il a toujours préféré Belkadem, un ex-militant du FIS et enfant de sa région. Mais ces derniers temps, les deux clans du DRS : pro et anti Bouteflikistes, ont choisi d’enterrer la hache de guerre. Ils sont dans l’obligation de s’allier et de « travailler ensemble » pour sauvegarder leur intérêts. Il ne s’agit pas seulement d’assurer leur pérennité au pouvoir mais aussi de sauver tout le système, face à une société « menaçante ».

Les observateurs de la scène politique déduisent que ce positionnement est celui du groupe du DRS anti Bouteflika. Il a été cité comme successeur de Bouteflika, mais tout le monde sait que le colonel Ouyahia ne sera jamais président de l’Algérie même s’il vit des siècles.

Son origine Kabyle est un obstacle majeur, comme l’a bien expliqué le président du GPK (Gouvernement provisoire kabyle) Ferhat MeHenni.

C’est une réalité qu’il faut admettre. Un Kabyle ne pourra jamais accéder à la magistrature suprême en Algérie. Ce n’est pas son pays. C’est logique. Un Kabyle peut seulement devenir président en Kabylie.

Saïd F