Inauguration de l’Allée Matoub-Lounès à Stains

3
Allée Matoub Lounès à Stains
Allée Matoub Lounès à Stains

France (TAMURT) – Après la baptisation d’un auditorium au nom du rebelle Matoub Lounès au Kremlin-Bicêtre, le 17 janvier dernier et d’une stèle au nom de notre artiste, à Bobigny, vendredi passé, c’était au tour de la localité de Stains dans la commune de la Seine Saint Denis d’attribuer le nom de Matoub à une Allée, hier.

Ainsi, les hommages pleuvent en cette période où les amazighs et les kabyles plus particulièrement commémorent le 64ème anniversaire de la naissance de leur idole et symbole Matoub Lounès, assassiné pour ses idées le 25 juin 1998 à Tala Bounane près de son village natal Taourirt Moussa au cœur de la Kabylie. La cérémonie d’inauguration de l’Allée Matoub-Lounès a eu lieu hier, samedi 25 janvier 2020 au square Toussaint-Louverture en présence de dizaines de personnalités de divers horizons. La cérémonie d’inauguration de la nouvelle Allée Matoub-Lounès s’est déroulée en présence d’Azeddine Taibi, maire de Stains et de Mourad Bounad, président de l’Association « Amitié Solidarité Franco-arabo-Berbère ». Il y avait bien entendu, également des membres de la famille de Matoub Lounès et des amis du rebelle comme Tayeb Abdelli ainsi que des citoyens à titre individuel. Azeddine Taibi, maire de Stains, lors de son intervention au cours de la cérémonie en question, a mis en exergue l’objectif assigné au choix porté sur le poète Matoub-Lounès dans cette baptisation.

Le fait qu’il s’agisse d’un poète et chanteur ayant lutté, durant toute sa vie, pour les valeurs universelles en est un critère. Le fait que Matoub Lounès s’est battu pour son identité amazighe frappée d’ostracisme dans son pays en est un autre. C’est aussi un artiste de talent, exceptionnel et irremplaçable doté d’une voix magique dont on ne se lasse jamais et qui ne prend jamais aucune ride. En moins d’une semaine, trois lieux publics en France, portant désormais le nom de Matoub-Lounès, ont été inaugurés depuis le 17 janvier dernier. En Algérie, seul le centre culturel de Ain El Hammam porte son nom. La majorité des kabyles souhaitent voir le nouveau stade de Tizi Ouzou de 50 000 places porter le nom de Matoub Lounès. Mais jusque-là, personne ne sait si ce choix, qui fait l’unanimité dans les rangs du peuple kabyle, pourrait être imposé au pouvoir algérien qui continue à montrer une méfiance presque naturelle envers Matoub Lounès et au projet de société qu’il a prôné durant toute sa vie et qu’il incarne toujours en dépit de son absence physique.

Tarik Haddouche

3 COMMENTAIRES

  1. Encore un chanteur Algérien tué en Kabylie ? Tout comme la rue Matoub à Paris ?
    Et dire qu’il y a des dizaines de milliers de Kabyles en France, et ils laissent faire ces aberrations ! A Tawaɣit!

  2. « algerien d’expression amazigh »? C’est nouveau ça vient de sortir ? On n’a plus le droit de prononcer le mot « kabyle » alors. Stains- 93 c’est une mairie coco, les coco ont toujours été le principal soutien de ce régime stalinien depuis 1962, et les grands admirateurs de l’islamo-fasciste Boumediene qu’ils faisaient passer pour un révolutionnaire.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici