Initié par Radio Tamurt – Les élections communales en débat

1

Pour cette quatrième emission, Achour Oudjed, président du comité national des étudiants démocrates Amazighs de Bougie était le premier à intervenir. Son mouvement est créé, pour rappel, le 07 avril 2011, afin de renforcer la lutte démocratique et la revendication identitaire. Il s’est, selon l’interlocuteur, prononcé en faveur du boycott des dernières élections législatives, du 10 mai dernier, à cause des ambiguïtés entourant ces élections. Il cite pour exemple les conditions de l’établissement du fichier électoral et l’absence de contrôle des élections.

Répondant aux questions des auditeurs de [radio tamurt->http://www.tamurt.info/radio/multiplayer.php], « Achour Oudjedi » tentait de justifier la position de son comité, qui appelle à la participation aux prochaines élections locales, prévues le 29 novembre et son soutien aux listes du RCD. Un soutien qui s’explique par la nécessité d’occuper le terrain et de servir le citoyen au niveau local.

Par ailleurs les auditeurs qui sont intervenus, lors de cette émission, ont posé la question de la neutralité du comité national des étudiants démocrates Amazighs, qui a soutenu un parti politique au détriment d’autres formations politiques.

L’invité de Radio Tamurt, a nié catégoriquement l’appartenance de son comité à un quelconque parti politique.

Le deuxième invité était le Dr Akli Kebaili, écrivain et politologue Kabyle, auteur de plusieurs œuvres, notamment Imetti n bab idurar « les aventures de Bab Idurar » paru en 1999 et Lkuraj n tyazit (la brave poule) paru en 2002.

Le Dr Akli Kebaili, affirme que les élections dans un pays où la démocratie est absente, ne peuvent pas servir à grande chose. Il rajoute que l’identité et la langue sont la colonne vertébrale d’une nation.

L’invité de Karim précise que voter ou pas, ne changera pas beaucoup de choses. Il insiste et déplore le fait que la langue maternelle des Kabyles est marginalisée sur sa propre terre.

L’apprentissage et l’usage de Tamazight à l’école et dans les administrations sont une nécessité absolue dira Kebaili à l’antenne de [radio tamurt->http://www.tamurt.info/radio/multiplayer.php].

Par ailleurs Akli Kebaili, affirme que la différence des sensibilités politiques en Kabylie notamment, ne doit pas alimenter la haine, mais devrait etre percu comme un facteur de démocratie necessaire à l’instauration de la culture du dialogue et de la concertation.

Aziz Ait-Amirouche.info