Islamisme modéré dites-vous

7

ALGERIE (Tamurt) – Des crimes sont commis par le système institutionnel arabo-baathiste du parti unique et par le système idéologique, culturel et pédagogique qu’il a mis en place. Ce système a muselé les forces démocratiques et de progrès, favorisé le développement des forces rétrogrades, en livrant la société à leur merci.

Le multipartisme débridé, conçu comme un leurre, une solution de substitution à une démocratie authentique, de surcroît obéré dés l’origine par le populisme passé de gauche à droite, a favorisé la déliquescence de l’Etat et la dislocation du tissu social, l’anarchie individuelle et sociale.
C’est ce terreau que l’intégrisme a fécondé par une idéologie et un discours d’exclusion, de fanatisme, de haine et de subversion sournois et destructeurs, aidé de l’extérieur par l’internationale islamiste et un certain nombre de milieux revanchards, liés à des formes néocoloniales de domination. L’intégrisme a pu récupérer ainsi à son seul profit la déstructuration de la conscience sociale résultant de contradictions poussées au paroxysme de leur maturation et non résolues à temps.

On doit reconnaitre à la vérité de dire que les démocrates avaient commis de graves erreurs de sous-estimation de l’intégrisme. Ils avaient accumulé un énorme retard dans l’analyse des enjeux fondamentaux de la crise et dans l’appréciation de l’intégrisme comme ennemi principal.

Il ne peut y avoir d’islamisme modéré car l’islamisme s’inspire de la charia qui est incompatible avec la démocratie, la laïcité, l’État de droit et la liberté de la femme. Pour eux la démocratie n’est ni une visée ni un enjeu. Ce n’est qu’un simple instrument pour s’emparer du pouvoir. L’arabisation et les quêtes pour construire des mosquées menées en Kabylie par le pouvoir arabo-baatiste d’Alger n’ont de but que de l’islamiser et ouvrir grand la porte pour l’entrée en scène des Salafistes afin de les confronter au peuple Kabyle et bien sur il sera le seul vainqueur.

Nous devons leur barrer la route en se réappropriant vite nos valeurs ancestrales qui consacrent la liberté de culte et de conscience, conformément à la culture kabyle et plus
généralement amazighe, qui distinguent entre la gestion de la cité et de la société et le religieux. Chose qui ne peut se faire que dans le cadre d’un État libre et souverain.

Cette occasion de sortir de cette amertume qui empêche notre lumière d’éclairer la voie de la continuité culturelle dans une ère de liberté identitaire et culturelle.

R.F

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici