Jeunesse Sportive de Kabylie (JSK) : « Hannachi a laissé un trou de 5 milliards »

0
Md Cherif Hannachi

KABYLIE (Tamurt) – Dans les rangs de la JSK (Jeunesse Sportive de Kabylie), le linge sale ne se lavera pas en famille mais devant les tribunaux. En effet, Chérif Mellal, président du club a décidé d’avoir recours à la justice concernant l’affaire dite des « 5 milliards de centimes dépensés sans aucune justification du temps où Mohand Chérif Hannachi était le boss du club ». Ce trou a été trouvé, par l’actuelle direction dont le président Chérif Mellal, dans le bilan du dernier exercice du temps de Mohand Chérif Hannachi, dont les « exploits macabres » sont connus de tous.   

Faisant face à une anomalie d’une telle ampleur, les dirigeants de la JSK, qui ont tenu une assemblée générale lundi dernier, ont décidé naturellement et en toute logique de rejeter le bilan en question. Ainsi, encore une fois, Mohand Chérif Hannachi se retrouvera devant le tribunal de Tizi Ouzou pour donner des explications concernant l’absence de cette somme d’argent colossale des caisses du club ainsi que des documents officiels justifiant les dépenses. Il est, toutefois, malheureux que l’on arrive devant les tribunaux pour régler « les comptes » et les litiges d’un club aussi prestigieux que la JSK.

Au lieu de laisser l’actuelle équipe travailler et tenter sa chance, de nombreux manipulateurs tapis dans l’ombre, ne cessent de mettre des bâtons dans les roues à Chérif Mellal et à son équipe afin de les freiner et de les empêcher d’aller de l’avant. Il est évident que l’idéal aurait été que toutes les parties fassent preuve de maturité et se présentent aux assemblées générales pour que tout soit tiré au clair dans la transparence totale. A moins que certains aient des choses à se reprocher.

Auquel cas, c’est la JSK qui en pâtira car il s’agit là d’une perte de temps et d’énergie inutile qui aurait pu être mise à profil pour conférer au club tous le moyens et les conditions nécessaires pour entamer le championnat 2018/2019 tel qu’il se doit. Et du coup, ne pas retomber dans les cauchemars des  dernières années. Mais la malédiction semble frapper la JSK ces dernières années. Et la fin de cet enfer n’est, sans doute, pas pour demain.

Tarik Haddouche