Journaliste assassiné en 1995, Said Tazrout : 23 ans déjà

0
Said Tazrout
Said Tazrout

HOMMAGE (Tamurt) – Les victimes du terrorisme semblent avoir été oubliées. On en veut pour preuve le fait qu’aucune cérémonie de recueillement ou activité commémorative n’a été organisée, à Tizi Ouzou, à la mémoire du journaliste assassiné Said Tazrout. Le 23 ème anniversaire de l’assassinat de Said Tazrout, le 3 septembre, est en effet, passé complètement inaperçu. C’est entre autre l’une des conséquences de la réconciliation nationale qui veut placer l’amnésie au dessus de toute autre considération. Ceux qui ont sacrifié leur vie et se sont battus pour que l’Algérie ne devienne pas une république islamique-intégriste, sont en train d’être assassinés une deuxième fois.

Comment ? Par l’oubli. Car la véritable mort survient une fois que tout le monde a oublié ceux qui ont payé de leur vie pour leurs choix démocratiques fermement et activement assumés. C’est le cas du journaliste Said Tazrout qui a eu une carrière brève mais remarquable au journal « Le matin » précédée de quelques années d’exercice journalistique au quotidien « Alger-Républicain » et « Le pays-Tamurt ». Said Tazrout était connu surtout pour son audace. C’était un journaliste qui n’avait pas peur.

Non seulement, il osait écrire sur tous les sujets dangereux dont ceux inhérents au terrorisme et à ceux ayant trait à la maffia locale de Tizi Ouzou, notamment celle du foncier, mais il avait également le courage, très rare à l’époque, de signer quotidiennement l’ensemble de ses articles avec son véritable nom. C’est d’ailleurs à lui, et à lui seul, que le journal « Le matin » a réussi en quelques mois à s’imposer comme le quotidien le plus vendu en Kabylie détrônant plusieurs quotidiens francophones dans leurs propre fief.

La deuxième spécificité de Said Tazrout, c’est le fait qu’il était aussi l’un des journalistes de terrain. Il était l’un des premiers hommes de presse à atterrir sur les lieux où se déroulaient les événements les plus importants même quand il s’agissait de régions infestées de terroristes islamistes. Pour rappel, la salle omnisports de Tizi Ouzou porte son nom.  Said Tazrout a été assassiné le 3 septembre 1995 devant l’immeuble où il habitait dans un logement de location au moment où il rentrait le soir de son travail.

Tahar Khellaf