K. Fekhar tire la sonnette d’alarme sur la situation dans le Mzab

13

GHARDAIA (Tamurt) – Dans un courrier adressé à Monsieur Ban Ki-Moon, le secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies  et à tous les présidents des états démocratiques, Dr Kameleddine FEKHAR,  tire la sonnette d’alarme quant à la situation alarmante qui prévaut dans le Mzab. Les mozabites subissent quotidiennement les crimes de l’apartheid et de l’épuration ethnique par le pouvoir algérien et ce avec l’aide des bandits et intégristes arabes. Tamurt publie ci-après la missive dans son intégralité.

 

Appel de détresse et demande d’intervention urgente !!

A monsieur Ban Ki-Moon Le secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies  et à tous les présidents des états démocratiques.

Demande de protection internationale et onusienne du peuple amazigh autochtone « At Mzab » victime d’épuration ethnique et de déplacement forcé.

 

 Le pouvoir algérien continue sa guerre d’usure féroce contre la minorité  Mozabite et confirme chaque jour de plus sa politique d’apartheid en mettant en place les tribunaux d’inquisition, et  en les obligeant à l’immigration forcé de la région du M’zab  dans la finalité d’une épuration ethnique.

« At M’zab »  le peuple autochtone amazigh ethniquement et culturellement habite depuis la nuit des temps dans le territoire du  « M’zab » riche en pétrole et en gaz,  sa capital « Ghardaïa » situé à 600km d’Alger.

« At M’zab »  le peuple pacifique, tolérant et épris de travail a vécu dignement et en paix dans les territoires  de ces ancêtres  jusqu’au 1962 la date de la prise du pouvoir en Algérie fraichement indépendante par un régime dictatorial policier qui a comme ligne  politique l’idéologie raciste et fasciste de « nationalisme arabe ».

Les crimes contre l’humanité du régime Algérien dans la région du M’zab.

  1. L’apartheid et l’épuration ethnique

Depuis cette date 1962 la minorité Mozabite subit les crimes de l’apartheid et de l’épuration ethnique, Sans relâche  et inlassablement par  le pouvoir algérien en place en  raison de leur identité Mozabite, Amazigh Ibadite  « non arabe et non sunnite ». En violation des lois nationales et des conventions et pactes internationaux et sans aucun respect aux normes morales ni aux valeurs d’un État moderne et démocratique, qui obligent et imposent  le respect des droits de l’homme et de  toutes les libertés fondamentales…

  • Le début a commencé par la spoliation de leurs terraines par les différents manières et sous différents prétextes.
  • et en deuxième temps c’est le transfère  par le pouvoir Algérien des milliers d’arabes nomades et autres  dans le terraines Mozabites confisqués  dans un but d’épuration ethnique par dilution de la minorité Mozabite dans la majorité démographique arabes.
  1. La guerre d’usure féroce contre des populations désarmées :

Le monde entier a  suivi pendant plus de vingt mois une nouvelle recrudescence de la guerre d’usure que mène le régime Algérien contre les Mozabites appelé « évènement de Ghardaïa» cette guerre a commencé réellement en 1975 et sa dimension et sa gravité sont devenu plus apparents  depuis 2008 à la ville de « Berriane » 43 km de Ghardaïa

A travers des images et des vidéos prisent par des amateurs et diffusé sur le net et les page de réseaux sociaux,  le monde entier a vu  avec stupéfaction les membres des services de sécurité Algériens, des gendarmes et des policiers en uniformes, bien équipé et armés de balles en caoutchouc de  gaz lacrymogènes et des bombes  incendiaires, des véhicules tout terraines et des camion anti-émeute qui  encadrait, dirigeait  et  soutenait des membres de gangs et des terroristes intégristes  appartenant à la communauté arabe.  Toute cette armada  agit  comme une  armée d’occupation lorsque ils mènent des attaques sur les quartiers mozabites  en totale coordination avec un  partage  tactique des rôles ce qui a provoqué  la mort  de plus de 30 Mozabites  d’une façon atroce soit directement  ou à cause de la toxicité des gaz lacrymogènes lancés en grande quantité  sur les quartiers résidentielles mozabites , puis  ils détruisent, volent ,pillent , incendient complètement des quartiers et magasins  mozabites ce qui a ruiné leurs économie et a obligé de centaines de familles à fuir leurs demeures. Et ils se sont acharné à  vandalisé les vestiges, les mausolées et les édifices historiques classé patrimoine mondial par l’UNISCO

  1. L’installation et l’activation des tribunaux d’inquisitions :

Après des années de guerre d’usure féroce  contre les  mozabites, leur tragédie  humaine se poursuit  et  se complique davantage  lorsque le pouvoir algérien a fait appel à de ses différentes appareil officielles en particulier son appareil judicaire – sous les ordres- et à ses divers corps sécuritaires, pour exécuter une autre facette  de sa politique de discrimination raciale sous la couverture de l’appareil judiciaire et au nom de la lois,  qui est caractérisée  par  des crimes contre l’humanité non moins cruelle que ceux  des tribunaux d’inquisitions au Moyen Age, en violation des lois et des  textes juridiques nationaux et internationaux en vigueur et cela par :

1- des arrestations arbitraires sur l’identité : lors d’une attaque sur un quartier mozabite  n’importe  quel mozabite  se trouvant aux alentours, je dis bien mozabite et non le contraire ; devient  accusé  et tout mozabite arrêté même devant sa maison est  susceptible d’être l’objet des plus graves accusations  possibles.

2-  les agents des forces de l’ordre policier ou gendarme  qui étaient partie prenantes lors des attaques sur les quartiers mozabites  sont eux qui  procèdent à l’arrestation des mozabites ! Et ce sont eux qui leurs collent l’accusation qu’ils choisissent ! Puis ce sont eux toujours qui rédigent des procès-verbaux sous la torture qu’ils présentent  au procureur !!   Cela signifie que les membres des forces de sécurité algériennes sont en même temps, l’adversaire et l’arbitre !!

3- Les autorités judiciaires compétentes émettent au nom de la lois des mandats d’arrêt ou d’amener  ou déclenchent  des poursuites  judiciaires  préfabriqués à partir de listes nominales de mozabites préparées par le soin de ses indicateurs implantés  dans tous le rouages  de la société, notamment contre les jeunes mozabites qui ont exercés  leur droit naturel à l’auto-défense de leurs familles et de leurs  biens lors des attaques des gangs terroristes expiatoires soutenues par les forces de sécurité de la gendarmerie et de la police.

.4. Les autorités judiciaires compétentes émettent au nom de la lois des mandats d’arrêt et des poursuites judiciaires par des accusations fictives contre les mozabites par une simple dénonciation de tout citoyen « Arabe  » sans aucune preuve ou d’indice, sauf les dires  de ce dernier .

  1. Les autorités judiciaires compétentes émettent au nom de la lois des mandats d’arrêt et déclenchent  des poursuites judiciaires fomentées contre les mozabites qui dénoncent ces pratiques racistes en diffusant des images et de séquences vidéos  enregistrés par des amateurs indiquant le temps et le lieu des abus Parmi les exemples de ces  cas «OULED DADDA Youcef » et «BOUGHALLOUSSA Khoudir  » qui croupissent en prison par des peines  de prison ferme .

6-  Rejet ou le report et le manque de suivi sera le sort de la plupart des plaintes des mozabites enregistrées  dans les postes de police et de la gendarmerie, même le procureur refuse souvent de recevoir  les mozabites

7- les mozabites arrêtés par dizaines sont victimes de traitements racistes avec des passages à tabac, la torture dans les postes de police et de la gendarmerie et lors de l’arrestation, ces pratiques inhumaines sont devenus règle générales.

  1. la non-assistance aux mozabites qui sont exposés quotidiennement à des agressions , physiques et matériels par des attaques orchestrées sur leurs voitures , magasins et même les brûlant vifs à l’intérieur de leurs voitures par des  criminels Arabes devant les forces de sécurité algériennes  qui restent inertes  et n’arrêtent aucuns agresseurs et parfois ils accroissement leurs sadisme en  s’acharnant  sur ​​les victimes mozabites comme cela est arrivé dans plusieurs incidents ..
  2. Le déplacement forcé et l’accélération de rythme de l’épuration ethnique :

Depuis plusieurs années, le pouvoir Algérien fait vivre les  Mozabites dans l’insécurité totale et en suspens permanent, un véritable cauchemar au quotidien,  à tout  moment il court le risque d’être  tué sauvagement, brûlé vif, et agressé sévèrement, ses biens pillés, sa demeure incendiée, jeté en prison après  des condamnations lourdes pour des accusations graves fomentés totalement ou emprisonné pendant de longues périodes sans procès s’il est surpris en flagrant délit d’autodéfense!!

Et le plus grave c’est que les Mozabites sont réellement  sous occupation et en état de guerre  car il ne peut plus circuler librement dans sa ville natale et parfois même  la ville de  Ghardaïa est complètement assiégé et  tous les issus sont sous contrôle des bandits et intégristes arabes qui dressent des faux barrages pour agresser les véhicules des Mozabites sous les regards passifs et complices des agents de services de l’ordre !! Les Mozabites  ont créé des pistes agricoles pour pouvoir rentrer ou sortir de leur ville

Leur seul crime dans tout cela c’est d’être né  Mozabite « un non arabe et un non sunnite » et appartient à la minorité mozabites opprimés.

Ainsi le pouvoir algérien qui pratique une démocratie de façade a bloqué vicieusement  jour après jour au peuple mozabite toutes les issues  en face de lui et ne lui laisse qu’une seul alternative, l’immigration forcée en dehors de territoire Mozabite la terre de ses ancêtres depuis la nuit des temps vers des régions plus sécurisé et plus stable avec une remarque de taille, la sécurité et la stabilité sont  disponibles aux Mozabites dans toutes les régions de l’Algérie sauf au M’zab !!  Et comme ça plus d’un tiers de la population- le pourcentage a tendance à augmenter-  a été contrainte à l’émigration forcer hors du M’zab pour s’installer ou pour travailler et comme ça les liens familiaux et sociaux serons plus facile à disloquer et la dilution dans la majorité arabe en dehors de Ghardaïa sera plus rapide, cette arabisation forcé est le but final de l’idéologie raciste et fasciste « le nationalisme arabe » la philosophie et le programme du régime Algérien.

La situation actuelle et appel de détresse

Pour toutes ces raisons, Les Mozabites qui se défendent chaque jour avec courage et bravoure pour survivre et pour vivre en dignité et en paix dans les terres de leurs ancêtres, ont peur de l’avenir et de pire avec l’extension du fléau intégristes de Daeche assassin connu pour ses crimes atroce comme le cas des quatre Mozabites brûlés vifs dans leur voiture. il ne reste plus  aux mozabites  de lueur d’espoir pour s’échapper de  ce cauchemar et cette guerre dure, infinie  et disproportionnée -entre David et Goliath-, que de lancer cet ultime  cri de détresse, par cet  appel urgent, dans l’espoir d’une intervention urgente de la communauté internationale à sa tête l’ Organisation des Nations Unies pour mettre la région de M’zab sous la protection et la procuration  internationale  et onusienne pour arrêter ce crapuleux  « terrorisme officiel », et ces crimes contre l’humanité commis par le régime Algérien en mettant fin à la politique d’apartheid à  l’épuration ethnique à l’inquisition et au déplacement forcé pratiquée par des organismes officiels Algériens contre le paisible  pacifique et tolérant peuple mozabite.

.