La bavure militaire de Darguina : Ce qui s’est réellement passé

4

DARGUINA (Tamurt) – Il n’y avait en fin de compte ni barrage militaire forcé ni rien qui puisse justifier cette réaction. Il était 10 heures du soir environ, en cette nuit froide du 21 décembre 2012, quand ces cinq amis ont décidé d’emprunter la route montant de la RN 9 vers les hauteurs.

Ils ont à peine roulé quelques mètres qu’ils décident de rebrousser chemin pour se garer juste au dessus de la RN 9 et prendre quelques bières loin des autres.

Tassés dans leur véhicule garé sur ce chemin de campagne, surplombant la route nationale n° 9, à cette heure de la nuit toujours bien fréquentée, ces malheureux ne se doutaient pas qu’ils allaient être victimes d’une attaque militaire.

Ayant reçu un appel téléphonique sur son portable, l’un d’eux est sorti hors de la voiture pour parler à son interlocuteur plus discrètement. Après avoir achevé sa conversation, ce dernier a aperçu au loin un homme armé et vétu d’une tenue militaire. Apeuré, il s’engouffre rapidement dans la voiture et demande au chauffeur de démarrer à toute vitesse en disant tout simplement  » ils sont là…. ils sont là ».

Comme lui et les autres occupants du véhicule, le chauffeur croyait à la présence de terroristes déguisés en militaires. Il démarre alors en trombe mais hélas, l’un des militaires les rattrape et les mitraille sur leur flanc gauche. La voiture se renverse vers la RN 9. Bilan : deux morts, deux blessés et un cinquième qui a pris la fuite pour arriver, aux aurores, à la brigade de gendarmerie de la ville voisine de Souk El Tenine pour raconter son invraisemblable histoire.

Selon des indisrétions, le wali de Bougie aurait demandé, par le biais de ses relais, aux trois survivants de mettre cela sur le dos des terroristes pour être indémnisés et blanchir par la même occasion les militaires.

Amaynut