La candidature de Bouteflika maintenue

1

ALGERIE (TAMURT) – Le nouveau directeur de campagne de Abdelaziz Bouteflika, candidat absent aux prochaines élections présidentielles en Algérie, en l’occurrence Abdelghani Zaalane, a déposé ce dimanche en fin de journée, le dossier de candidature de celui qui a passé vingt ans à la présidence de la République sans s’y être rassasié. Ainsi, le clan présidentiel a tourné le dos aux centaines de milliers d’Algériens qui ne cessent de manifester depuis le 22 février dernier contre le cinquième mandat.

Contre toute attente donc, le clan présidentiel n’a pas renoncé à imposer la candidature de Bouteflika en dépit de son état de santé, de sa longévité à la tête de l’Etat (20 ans) et aussi de la révolte populaire en cours depuis le 22 février 2019. Pis encore, ce n’est même pas Abdelaziz Bouteflika en personne qui s’est déplacé au siège du Conseil constitutionnel pour déposer son dossier conformément à la Constitution algérienne. Pour rappel, Abdelaziz Bouteflika est absent du territoire national depuis une semaine et il se trouve dans un hôpital de Genève pour des soins. En outre, un communiqué attribué à Abdelaziz Bouteflika, a été rendu public ce dimanche à 19 heures. Dans ce communiqué présenté comme une lettre aux Algériens, ceux qui parlent au nom de Bouteflika ont annoncé la tenue d’élections présidentielles anticipées moins d’une année après la présidentielle du 18 avril 2019.

Mais avant cela, une conférence nationale sera organisée au lendemain des élections présidentielles du 18 avril 2018. Après quoi, il sera procédé à un amendement en profondeur de l’actuelle Constitution. La nouvelle Constitution sera soumise à un référendum populaire, est-il encore précisé. La veille de la date limite du dépôt des dossiers de candidature à la présidentielle, le clan présidentiel a limogé Abdelmalek Sellal de son poste de directeur de campagne de Abdelaziz Bouteflika sans livrer aucune explication à l’opinion publique. Ce dernier a été remplacé par Abdelgahni Zalane, ministre des Transports. Abdelwahid Temar, ministre de l’Habitat a été désigné ministre des Transports par intérim.

Toujours dans le sillage des événements liés à la présidentielle du 18 avril prochain, Abderrezak Makri, président du Mouvement de la Société pour la Paix (Hamas) a annoncé qu’il s’est retiré de la course à la présidentielle après que Bouteflika ait maintenu sa candidature. Hier, dimanche, des dizaines de milliers d’étudiants sont descendus une deuxième fois dans la rue afin de contester le cinquième mandat de Bouteflika. C’est le cas dans la capitale et dans plusieurs autres chefs-lieux de wilaya. Désormais, un climat de totale incertitude règne en Algérie. La situation risque de s’embraser avec le maintien de la candidature de Abdelaziz Bouteflika, âgé de 82 ans et qui, en cinq ans de règne (2014-2019), ne s’est jamais adressé au peuple à cause de son état de santé très dégradé. Où va l’Algérie ? Cette question est plus que jamais d’actualité.

Tarik Haddouche

1 COMMENTAIRE

  1. Il y a continuité du coup d’ État de 1962 auquel bouteflika avait participé qui reste l’ unique « légitimité » qui caractérise le régime criminel qu’il représente. Fière la Kabylie qui a toujours résisté à leur farce électorale et pseudo constitutionnelle arabe d’ alger.
    One donné que ce que l’ on a, les loulous placés par De Gaulle ne peuvent pas évoluer leur limite intrinsèque est le Moyen-Orient islamique .
    Non à l’ État arabe non au parloir arabe ni d’ organisation même partielle en kabylie.
    ®PS: la photo n’ a rien à voire avec son réel état la vraie photo est celle d’ali dilem

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici