La fondation Matoub Lounès : Vers d’autres révélations sur l’assassinat du Rebelle

9

KABYLIE (Tamurt) – Ainsi donc et comme attendu, le quatorzième anniversaire de l’assassinat de Matoub Lounès a été une occasion pour les responsables de la Fondation éponyme pour revenir sur son assassinat qui n’a pas encore révélé tout ses secrets. A cet effet une conférence de presse a été animée par Nourdine Medrouk, membre de la fondation Matoub Lounès hier après midi au niveau de l’école primaire non loin du siège de l’association à Tourirt Moussa qui n’est autre que la demeure du défunt.

Le conférencier a révélé que la reconstitution des faits, exigée depuis longtemps part la famille, ainsi que l’étude balistique ont été réalisées par une équipe d’experts français qui se sont déplacés sur les lieux. «Le mois de novembre dernier, une équipe d’experts Français s’est déplacée à Tala Bounan, le jour de l’Aïd El Fitr, pour ne pas attirer l’attention. Les experts sont restés pratiquement toute la journée et ont effectué leur tâche convenablement et dans les règles de l’art », a-t-il déclaré. Quant aux raisons ayant poussé la fondation à faire appel à des experts internationaux, explique le conférencier, il s’agit entre autres de présenter des preuves scientifiques au Tribunal International qui sera prochainement saisi par les membres de la fondation et de la famille de défunt dans le cas où la justice algérienne refuserai de rouvrir de nouveau le dossier sur l’assassinat de Matoub.

Il est à noter que les membres de l’association et de la famille de Matoub ont douté de la thèse jusque là prônée par la justice algérienne qui affirme que l’assassinat a été perpétré à l’intérieur de la voiture du défunt, alors l’investigation internationale a conclu que « l’attentat a été commis par des personnes parfaitement renseignées, entraînées et maîtrisant l’usage d’une arme d’assaut automatique, ce qui leur a permis de cibler la concentration des tirs, aucune trajectoire avec la blessure à la tête de Lounès Matoub ne concorde avec l’ancienne thèse, ce qui est révélateur d’une exécution alors que ce dernier était à l’extérieur du véhicule en position allongée ». L’orateur tout en appelant à la nécessité de rouvrir le dossier de l’assassinat de Matoub, n’a pas omis de réitérer pour la énième fois les trois conditions qu’ils exigent pour tenir un procès équitable : la reconstitution des faits, une nouvelle étude balistique et surtout l’audition par la justice des 52 personnes citées par la famille Matoub.

Revenant sur le jugement de Madjnoun et le repenti Chenoui accusé du meurtre de Matoub Lounes et libérés le mois de mai dernier après avoir purgé une peine de 12 ans de prison, l’orateur dira à ce propos « Ils sont innocents et n’ont rien à avoir ni de près ni de loin dans cette affaire ». Medjnoun Malik, originaire de Béni Douala, devait assister à la conférence mais il ne l’a pas fait, nous a révélé une source proche de la fondation qui a ajouté qu’au cas où la justice ne répond pas favorable ment à la demande de la réouverture du procès, d’autres révélations seront faites dans les jours à venir, surtout que ce qui a été dit hier n’est qu’une partie des résultats de la reconstitution des faits et de l’étude balistique.

Lounès O

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici