La France en état de guerre

10

PARIS (Tamurt) –  On a appris hier soir qu’une brasserie appartenant à une famille kabyle originaire des At Yessaad a été parmi les premières cibles des terroristes islamistes. Située à quelques mètres de l’hôpital Bichat, le Carillon a été arrosé abondamment de projectiles létaux faisant 12 morts. Joint au téléphone par Tamurt, le gérant nous a assuré qu’aucun membre de sa famille ni de son personnel n’est touché.

Paris a veillé au son des bombes et des explosions pour se réveiller avec une gueule de plomb. Le bilan est aussi terrifiant que macabre. Il fait état de plus de 128 morts et 200 blessés dont 99 dans un état critique. Le plus gros depuis la deuxième guerre sur le sol de la république française.

Ce matin les rues de Paris sont quasi vides et les terrasses clairsemées. Sur les lieux des attentats les véhicules des télévisions et des radios font le pied de grue. Un périmètre de sécurité est délimité par un impressionnant dispositif de sécurité. Les brigades de recherche et de la police scientifique sont à pied d’œuvre pour collecter le maximum d’indices en vue de l’enquête.

On a appris hier soir qu’une brasserie appartenant à une famille kabyle originaire des At Yessaad a été parmi les premières cibles des terroristes islamistes. Située à quelques mètres de l’hôpital Bichat, le Carillon a été arrosé abondamment de projectiles létaux faisant 12 morts. Joint par Tamurt par téléphone le gérant nous a assuré qu’aucun membre de sa famille ni de son personnel n’est touché.

Dans un communiqué officiel, le groupe terroriste Etat islamique a revendiqué la série d’attentats de Paris. Le groupe terroriste déclare la France demeurera une cible privilégiée tant qu’elle poursuivra la même politique.
Le président Hollande a directement évoqué la responsabilité de « Daesh », l’acronyme arabe de l’Etat islamique, promettant que « la France sera impitoyable à l’égard des barbares ». Il a décrété un deuil national de trois jours et instauré l’état d’urgence sur tout le territoire français.

Au-delà du bilan humain sans précédent en France, la terreur islamiste a voulu par cet acte toucher le cœur de la république. C’est une guerre contre les valeurs, les symboles et la France,  que la nébuleuse islamiste livre au cœur de Paris.

Espérant que la diplomatie française guérisse de sa myopie et cesse de trouver du charme aux sanguinaires d’El Nosra syrien.

Zahir Boukhelifa