La Kabylie absente du festival du théâtre qui s’est déroulé en terre kabyle

4

BOUGIE (Tamurt) – La 7e édition du festival international du théâtre de Bougie vient de s’achever sur une note de médiocrité. Alors que dix-sept délégations, venues de France, Italie, Chili et autres pays, étaient présentes à l’hôtel RAYA de Tichy pour un diner de clôture, les  organisateurs ont foutu la pagaille en voulant accéder et faire accéder leurs amis à la salle de restaurant pour « manger » comme s’ils n’ont jamais pu s’offrir, auparavant, un diner copieux.

Par contre la troupe de la ville de Tichy qui faisait une représentation en dehors de l’établissement,  elle a été bloquée à l’extérieur et on lui refusa l’accès au même titre d’ailleurs que les journalistes.

Tout au long de la semaine qu’a duré le festival, l’organisation était totalement absente. Outre cette désorganisation, les citoyens de Bougie étaient offusqués qu’un tel événement international n’ait pas prévu dans le programme des pièces théâtrales en kabyle.

Un journaliste interviendra sur les ondes de la radio locale pour relever cette défaillance en se disant étonné qu’un festival soit organisé en terre kabyle sans pour autant que les comédiens de la région ne soient invités à y participer.

Alors que ledit festival avait fait ses débuts à Alger, il a été délocalisé, depuis trois années, à Bougie mais la ligne suivie est restée la même à savoir que toutes les nations peuvent y participer sauf celle de Kabylie. Pourtant, le commissaire du festival, le directeur de la culture et l’ensemble des organisateurs sont tous kabyles. Verra-t-on la prochaine édition amputée de la nation kabyle ? Les autochtones accepteront-ils, encore une fois, ce mépris ? Wait and See.

Amaynut