La Tunisie verse de plus en plus dans l’intolérance – Le Salafisme reprend du poil de la bête

0

Il ne sa passe pas un jour sans qu’un acte d’intolérance ne soit signalé à travers les quatre coins du pays.
Rien qu’hier soir, selon un militant démocrate tunisien, des inconnus se sont attaqués au mausolée de Sidi Mahrez, dans la Médina de Tunis. Des riverains se sont opposés à l’attaque. « La mobilisation est de rigueur car, c’est l’escalade. Le mausolée de Sidi Brahim Riahi, qui n’est pas loin, doit être gardé et protégé. C’est à la richesse mystique de Tunis Médina et faubourgs que l’intolérance s’attaque », nous dira notre interlocuteur. Les mausolées, sont la cible préférée des islamistes. Une situation qui nous fait rappeler les agissements des militants du FIS aux débuts des années 1990 en Algérie.

Suite à cet acte d’intolérance de trop, les réactions des citoyens démocrates ne sont pas fait attendre. « Je crois toutefois que c’est une erreur stratégique que les auteurs de cette barbarie ont commise : en effet, à l’exception des tenants d’un islam intellectuel mais qui répugnent à ces pratiques et aux tenants d’un islam « pur et dur », s’attaquer aux symboles de l’islam populaire celui auquel s’attachent les masses va aboutir tout simplement à les déconsidérer aux yeux des musulmans simples ayant été éduqués dans le respect des saints et des aouliyas! Et ce sont les plus nombreux», a t-il ajouté.
Un point important qu’il ne faut pas permettre aux occidentaux de franchir, à ceux qui n’arrivent pas à faire le distingo : il ne s’agit pas d’un combat entre les islamistes et les laïcs, mais entre des extrémistes et la masse des gens pieux qui veulent vivre leur piété dans la fraternité et la tolérance, sans qu’interfèrent des gens qui se croient autorisés à nous dire ce qui est bien pour nous de ce qui est mal !», nous dira une militante démocrate.
Une autre précise et fait rappeler que « le culte des saints fait partie d’un héritage pluriel et chaque mausolée dans tout le Nord de l’Afrique est associé à des légendes, à de très belles histoires qui ont traversées les siècles car elles constituent une mémoire collective. C’est cette mémoire que les Durs ( je leur refuse le « Pur ») veulent effacer, formater. Et ils osent pleurer encore l’Andalousie dont la chute a été précipitée par leurs ancêtres spirituels …. ».

Il est à rappeler le 4 décembre 2012, le siège de l’UGTT à la place Mohamed Ali à Tunis a été attaqué aussi par des salafistes. Un membre de l’UGTT, gravement blessé, accuse des milices du parti au pouvoir Ennahdha d’être derrière cette attaque. Il accuse également de hautes personnalités politiques au pouvoir d’alimenter la tension et de souffler sur le brasier.
Un autre acte d’intolérance a été enregistré la semaine dernière. Il s’agit d’une jeune fille qui a été agressée en pleine capitale Tunis, pour la simple raison qu’elle ne portait pas le voile.

La situation va de mal en pis en Tunisie. L’islamisme radical devient incontrôlable. L’élite intellectuelle et les démocrates qui ont fait face, seuls des années durant au dictateur de Ben Ali, est livrée à elle-même. Les Tunisiens qui se sont débarrassé du tyran Ben Ali et le famille des Trabelsi se heurtent à cette pègre qui est l’islamisme radical.

Izem Irath.info

Photos: Archives, DR