Le FLN contraint d’accepter le printemps amazigh

1

KABYLIE (Tamurt) – En sortant de sa réserve, l’ancien wali de Tizi Wezzu, Abdelhamid Sidi Saïd a donné le nom de la personne qui a décidé de l’annulation de la conférence que devait animer Mouloud Mammeri, interdiction qui a engendré le printemps amazigh.

Il s’agit du responsable national à l’organique du FLN,  c’est-à-dire l’adjoint de Mohamed Salah Yahiaoui, troisième dans l’échelle des responsabilités au sommet de l’état à l’époque. Oui, après le président de la république qui assume également les fonctions de secrétaire général du parti, c’est le coordinateur du bureau politique et le responsable à l’organique qui viennent par la suite alors que le secrétaire général du ministère de la défense ou le premier ministre, ils suivent loin derrière.  C’est ce responsable qui a donné l’ordre de faire annuler cette conférence en lui interdisant l’accès à l’université quitte à  arrêter le conférencier. Car pour celui-ci, le fait que les étudiants aient décidé d’organiser une marche en vile après la conférence pourrait engendrer des troubles à l’ordre public.

Ainsi donc, l’initiateur du printemps amazigh, qui est à l’origine de l’officialisation, aujourd’hui de la langue Tamazight et de la fête laïque Yennayer et autres avancées, c’est, paradoxalement et contre sa volonté, le FLN, l’ennemi numéro un des imazighen en général et des kabyles en particulier.

Amaynut