Le FLN contraint d’accepter le printemps amazigh

1

KABYLIE (Tamurt) – En sortant de sa réserve, l’ancien wali de Tizi Wezzu, Abdelhamid Sidi Saïd a donné le nom de la personne qui a décidé de l’annulation de la conférence que devait animer Mouloud Mammeri, interdiction qui a engendré le printemps amazigh.

Il s’agit du responsable national à l’organique du FLN,  c’est-à-dire l’adjoint de Mohamed Salah Yahiaoui, troisième dans l’échelle des responsabilités au sommet de l’état à l’époque. Oui, après le président de la république qui assume également les fonctions de secrétaire général du parti, c’est le coordinateur du bureau politique et le responsable à l’organique qui viennent par la suite alors que le secrétaire général du ministère de la défense ou le premier ministre, ils suivent loin derrière.  C’est ce responsable qui a donné l’ordre de faire annuler cette conférence en lui interdisant l’accès à l’université quitte à  arrêter le conférencier. Car pour celui-ci, le fait que les étudiants aient décidé d’organiser une marche en vile après la conférence pourrait engendrer des troubles à l’ordre public.

Ainsi donc, l’initiateur du printemps amazigh, qui est à l’origine de l’officialisation, aujourd’hui de la langue Tamazight et de la fête laïque Yennayer et autres avancées, c’est, paradoxalement et contre sa volonté, le FLN, l’ennemi numéro un des imazighen en général et des kabyles en particulier.

Amaynut

1 COMMENTAIRE

  1. Le Pouvoir réel est aux mains des Généraux, le FLN n’est qu’un paravent ….
    .
    Le FLN n’est qu’un  » paravent civil  » , une  » couverture politique  » du  » pouvoir militaire « . Le FLN était le  » parti officiel, pas unique « , et le PAGS  » parti officieux, satellite  » (présent dans les  » organisations de masse « , UNJA, UNFA, UNPA, etc..). Le FLN est missionné pour diffuser et propager la propagande et l’intox’ fabriquée par la SM…. De nos jours, il y a deux partis officiels : le FLN et le RND, tous deux contrôlés par la SM-DRS
    .
    Nous avons affaire a un pouvoir de nature dictatoriale, militaire et clanique (mafieux). Ils repose sur un  » trépied  » : 1) la Police politique secrète, d’abord, 2) le Commandement militaire (Etat-major + Police politique), 3) les Clans rivaux,  » unis  » contre la population civile (leur proie) bien que  » désunis  » entre eux (comme les meutes de prédateurs dans la jungle). Ce Pouvoir militaire dominant / dominateur dispose de trois  » instruments de domination  » : 1) un Appareil répressif dominant, 2) des Organes de propagande dominante, 3) une Idéologie dominante (l’arabo-islamisme) rétrograde et réactionnaire, fascisante et mystificatrice, de rejet et d’exclusion, sur le modèle du jacobinisme et du chauvinisme français ….L’idéologie vient en troisième position. C’est le Pouvoir militaire dominant qui choisit et impose son idéologie dominante, et non l’inverse, comme le soutient le discours identitaire, lequel élude et escamote « la question du pouvoir  », qui est la question principale, primordiale, fondamentale…..

    Donc, contrairement à ce qui se dit, le FLN n’est pas le  » pouvoir réel « . Le FLN n’est qu’un instrument du Pouvoir réel, le Pouvoir militaire en l’occurrence…. Le FLN n’est qu’un  » paravent civil  » , une  » couverture politique  » du  » Pouvoir dictatorial militaire. Tout comme le RND d’Ouyahia  » ( le  » DRS boy « ), cet Ouyahia qui sera probablement intronisé par le DRS comme Président en 2019. Par ailleurs, le FLN en tant que parti n’était pas opposé au pluralisme politique, ce sont les Militaires (les Colonels, puis les Généraux) qui étaient hostiles aux pluralismes divers, le FLN le FFS avaient signé le 16 Juin 1965 des Accords de reconnaissance mutuelle à Paris (séjour financé par une Syndicaliste américaine, amie d’Ait Ahmed)….. trois jours après les Militaires menés par Boumediene fomentèrent le fameux Coup d’Etat, et déclenchèrent des compagnes de répression …..

    D’autre part, Med Salah Yahiaoui n’avait pas un poids important dans la hiérarchie militaire, autrement il aurait été désigné pour la succession de Boumedienne. Lui et Boutef’ étaient écartés par le Chef de la sinistre SM, Kasdi Merbah. Ce dernier avait d’abord pensé à s’imposer lui même, puis avait misé sur Chadly (Belhaouchet est plus âgé que lui). Ce que dit Sidi Said est un mensonge, un mensonge destiné à dédouaner et déresponsabiliser ses Maitres, que sont les Généraux de la Gestapo locale et de l’Etat-major

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici