Le général Toufik actionne ses pions en Kabylie

2

KABYLIE (TAMURT) – Les clans des militaires algériens font tout pour impliquer la Kabylie dans la prochaine élection présidentielle de l’Algérie. Plus particulièrement, le clan du général Toufik à travers un illustre inconnu, un général à « la retraite », un certain Ali Ghediri, qui domine en l’espace de quelques heures la scène politique algérienne. C’est le candidat de l’armée en d’autres termes plus clairs, c’est la coqueluche du général Toufik. La machine est déjà mise en route. La presse a entamé sa tâche pour faire de ce Ali Ghediri, avec zéro au compteur d’expérience politique, un messie.

La stratégie du général Toufik est bien sûr de mettre en avant les « Kabyles ». Il vient d’actionner ses pions en Kabylie, pour crédibiliser un candidat inconnu. Le premier à apporter son soutien, l’avocat Mokrane Aït Larbi. Le second, qui a déjà entamé la campagne électorale depuis plusieurs mois, le patron de Cevital, Issad Rebrab. Le RCD aussi s’est mis de la partie, mais d’une manière officieuse.

Les décideurs trouvent toujours un moyen ou une stratégie d’impliquer les Kabyles dans leurs batailles claniques, mais jamais un Kabyle ne sera investi à la magistrature suprême. Depuis quelques mois, les relais du pouvoir, en Kabylie, encore crédibles car non encore dévoilés par le peuple, sont sommés de geler toutes les activités politiques et de se focaliser sur les élections présidentielles. Ce sont eux qui répandent en Kabylie un climat de peur auprès des indépendantistes kabyles  du MAK et de l’URK pour les neutraliser et les persuader d’abandonner cette option salutaire pour le peuple kabyle.

Une fois les élections passées, et quel que soit le prochain président, Ghridi, Boutef ou un autre, personne ne tiendra compte des doléances de la Kabylie ni des préoccupations des Kabyles. Le boycott des élections algériennes est la meilleure position. D’ailleurs, les Kabyles ne votent presque plus. Que les acteurs économiques, politiques ou militants connus prennent leur distance au moins des échéances électorales et se focalisent sur la Kabylie, leur patrie éternelle.

Ravah Amokrane

2 COMMENTAIRES

  1. Ils ont besoin d’un garant pour leur fin de carriére, mais surtout pour ne pas finir au TPI pour leurs crimes, comme ils n’ont jamais eu confiance en les civils- alors quoi de mieux qu’un militaire pour assurer le passage!?

  2. Mais ce Général Ghediri, doit être lui même un lièvre, qu’ils ont essayé de crédibiliser à travers deux ou trois lettres ouvertes genre a faire de lui un opposant, mais en quoi cette candidature d’un système militaro-maffieux qui se succèdera à lui même peut intéresser la kabylie ???? La kabylie devra préserver ses enfants de ces combats d’arrière-garde de contrôle de la rente, qui ne l’interesse pas. Quel que soit le candidat, Même KABYLE, le boycott total devrait être de mise. Il faut montrer que seul le référendum d’autodetermination interesse la kabylie. Tout le reste ne fait que prolonger sa lente agonie.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici