Le parti au pouvoir contrôle le nouveau Sénat camerounais

0

Le parti au pouvoir au Cameroun a raflé 56 des 70 sièges mis en jeu lors des premières élections sénatoriales de l’histoire du pays le 14 avril dernier, montrent les résultats publiés ce lundi par la Cour suprême. Le président Paul Biya nommera lui-même trente sénateurs, assurant au Rassemblement démocratique du peuple camerounais une écrasante majorité au sein de ce nouvel organe législatif de 100 membres. Les 14 sièges restants ont été gagnés par le Front social-démocrate, principale formation de l’opposition.

La création d’une chambre haute du parlement était requise par une loi votée il y a dix-sept ans, mais le scrutin a été longtemps repoussé, les autorités invoquant un manque d’argent. Le taux de participation a été très élevé – 98,27% – parmi les quelque 10.000 conseillers municipaux appelés à élire les sénateurs. La Constitution prévoit que le président du Sénat assume l’intérim en cas de vacance de la présidence.