Le pouvoir ordonne à ses relais de dénigrer le MAK

11

KABYLIE (Tamurt) – Après plusieurs années de politique de l’ignorance pronée par le pouvoir vis-à-vis du combat du MAK, les décideurs sont, semble-t-il, dans l’obligation de réagir face à la montée de ce mouvement.

Selon des sources fiables, les relais du régime en Kabylie sont appelés à mener régulièrement des campagnes de dénigrement contre ce mouvement. Les dernières déclarations du wali de Tizi-Ouzou et d’un député du RND sur ce mouvement ne sont pas anodines. Même Ouyahia s’est vu lui aussi obligé de montrer patte blanche pour rassurer une fois de plus ses mentors. Mais devant le manque d’argument de camps adverse, les ennemis de la Kabylie n’ont eu d’autres choix que d’opter pour le dénigrement et l’usage de l’insulte.

C’était la réaction des colonisateurs aux mouvements libérateurs. Les forces d’occupations finissent souvent par se rendre à l’évidence et reconnaissent à la fin les vrais représentants des peuples colonisés. C’est une règle de l’histoire et bien évidemment le MAK et les Kabyles ne pourront pas y échapper. Par ailleurs, il est à noter que les relais du pouvoir en Kabylie sont très timides dans leurs critiques envers le MAK. Les élus et les responsables du FFS et du RCD ont fini par se taire de peur des représailles de la population, pour les autres ils évitent au maximum la confrontation avec le MAK de peur aussi de se voir livrée à la vindicte populaire.

Le wali de Tizi-Ouzou se trouve ainsi tout seul dans sa campagne. Il est certainement dans l’embarras et il sait qu’il ne pourra pas faire face tout seul au MAK. Pour les journalistes et correspondants en Kabylie, la plupart respectent le MAK. Quant aux opportunistes, ils ont peur eux aussi de voir la pesse kabyle, la vraie presse kabyle, s’occuper d’eux.

Lounès B