Le président de l’Académie amazighe est un partisan des caractères latins

0
Mohamed Djellaoui, Président de l’Académie algérienne de langue amazighe
Mohamed Djellaoui, Président de l’Académie algérienne de langue amazighe

ALGERIE (TAMURT) – Le professeur Mohamed Djellaoui, président de l’Académie algérienne de langue tamazight est un fervent défenseur des caractères latins pour la transcription de la langue berbère. C’est ce que nous ont confié et confirmé plusieurs anciens collègues de Mohamed Djellaoui l’ayant côtoyé aussi bien à l’université « Mouloud Mammeri » de Tizi Ouzou qu’à l’université « Mohand Oulhadj » de Bouira.

Mohamed Djellaoui n’est pas le seul membre de l’Académie amazighe à être un fervent et acharné défenseur des caractères latins pour la transcription de la langue tamazight. De nombreux autres membres de cette académie sont connus pour être de vrai chercheurs et universitaires dans la domaine amazigh et ils ne sont pas tombés du ciel, contrairement à Abderrezak Dourari, qui a fort heureusement déposé sa démission ainsi que de pas mal d’autres membres de la même académie. Parmi les chercheurs qui siègent dans ladite académie de la langue amazighe et qui sont de véritables défenseurs de la langue tamazight, en dignes héritiers de Boulifa et Mammeri, on peut citer, entre autres le professeur Moussa Imarazène qui a enseigné pendant des décennies à l’université « Mouloud-Mammeri » de Tizi Ouzou et sa collègue du département de langue et culture amazighe, Hassina Kherdouci.

Tous les travaux de recherches et les livres de ces deux universitaires, réalisés en langue amazighe, ont été transcrits en caractères latins. Il en est de même des universitaires Lydia Kerkouche ainsi que de l’universitaire et écrivain Zahir Meksem de Bgayet, etc. Mais c’est sans doute le fait que le président de cette institution à savoir Mohamed Djellaoui soit pro-caractères latins qui pourraient peser considérablement et positivement en faveur de la validation de ces caractères par cette Académie à laquelle le dernier mot reviendra dans le choix des caractères de transcription de la langue amazighe.

Tarik Haddouche