Le stress chez les enseignants

5

CONTRIBUTION (Tamurt) – Plusieurs maladies peuvent être provoquées par le contexte professionnel. Le stress est l’un des plus grands troubles que génère le climat professionnel comme l’explique ce passage Dr M. BOUDARENE[1]« le travail est sans aucun doute une source de stress, et si dans certaines circonstances il permet l’épanouissement et l’accomplissement personnel, il est souvent à l’origine de tracas et de tensions quand il n’est pas générateur de conflits graves qui mettent en difficultés la santé du sujet ».

Le stress au travail représente le souci majeur dans une grande partie du monde. A propos des coûts du stress au travail et de ses conséquences pour les caisses des états, l’agence européenne a publié en 1999 un rapport qui parle de 2O Milliards d’euro par an comme coût du stress d’origine professionnelle. En Algérie on parle de 8 Milliards de Dinars comme coût social lié au travail.

Ces dernières années, l’Algérie a connu des perturbations et un état d’instabilité et d’agitation au niveau des différents cycles d’enseignements. Des séries de grèves et de protestations ont été enclenchées dans beaucoup de régions du pays. Le système éducatif a échoué dans sa mission qui consiste à préparer les futures générations aux enjeux du monde actuel (sociaux, professionnels, citoyens, culturels et technologiques). Dans toute cette trame, l’enseignant est désigné comme bouc émissaire de cette délicate conjoncture que traverse l’enseignement en général. Il se sent de plus en plus désabusé et mal vu. L’enseignant qui travaille pour assurer sa vie, est aussi l’objet de grandes pressions et son comportement journalier peut nous renseigner sur sa souffrance quotidienne (absentéisme, tabagisme, conduites parfois agressives à l’égard de ses élèves et collègues de travail).

Dans toute cette conjoncture, la vulnérabilité des enseignants face au stress devient plus grande, mais nous devons parler, en premier lieu, du stress comme trouble, avant, de parler des facteurs et de ses conséquences sur les enseignants.

On peut définir le stress comme une pression émanant de l’environnement externe et qui menace l’équilibre interne de l’individu. Il est, aussi, un état de perte de contrôle face à un événement qui met l’individu dans un état de débordement psychique. Norbert SYLLAMY[2] donna au stress la définition suivante: « mot anglais utilisé depuis 1936, par Hans SELEYpour designer l’état dans lequel se trouve un organisme menacé de déséquilibre sous l’action d’un agent ou de conditions qui mettent en danger ses mécanismes homéostatiques ».

Hans SELLEY était le premier a élaboré une théorie sur le stress vers les années 30/40. D’après lui le stress est un mécanisme d’adaptation ; c’est une réponse non spécifique que donne le corps à toute demande qui lui est faite et qui passe par trois phases. Les deux premières phases s’appellent respectivement, « alarme » et « résistance » ; elles sont considérées comme normales. La dernière phase s’appelle « épuisement » ; elle est considérée comme pathologique.

On peut citer deux facteurs qui peuvent être derrière le déclenchement du stress : facteur émanant de l’environnement physique et un facteur émanant de la sphère sociale. Premièrement, la chaleur, le froid, la pollution, les bruits dans les usines et les villes sont autant de facteurs physiques qui provoquent un état de stress. Deuxièmement, le facteur de l’environnement social, comme dans le milieu du travail, qui n’échappe pas aux multiples formes de conflits (hiérarchiques, générationnels, d’intérêts…etc.). Le stress est, aussi, à l’origine de plusieurs maladies qui prennent des formes et des natures diverses : des pathologies fonctionnelles dont la science médicale n’a pas émis de causes organiques telles que, la fatigue, la céphalée et les troubles digestifs. Des affections psychiques à travers lesquelles on peut confirmer l’existence d’une relation entre le stress et les maladies psychiques telles que, l’anxiété et la dépression.

L’enseignement est un métier très difficile et compliqué vu la lourde tache impartie à l’enseignant. Cela peut rendre sa vulnérabilité plus grande au stress. Parmi les facteurs qui l’augmentent chez l’enseignant, on peut citer le manque de reconnaissance par l’entourage social et celui du travail, car, la profession est dévalorisée et la société garde toujours un regard stéréotypé d’un métier facile.
On peut évoquer, aussi, la surcharge de travail, avec le volume horaire et des taches à effectuer en classe (expliquer, répondre, écouter, se déplacer, écrire, maintenir l’ordre, gérer la dynamique du groupe tout en étant attentif aux élèves…).

On peut, aussi parler de problèmes socio-économiques, car certains enseignants vivent dans la précarité et ont des fins de mois difficiles, notamment, ceux qui ont en charge une famille nombreuse.

On peut ajouter, enfin, les problèmes avec les collègues de travail ou avec la hiérarchie. Ici, on parle, souvent, de conflits avec d’autres enseignants qui travaillent dans le même établissement scolaire. Il est, aussi, remarquable que les enseignants soient liés à une administration qui impose des règlements et une certaine autorité qui met une pression sur ces enseignants.

Cet état de stress peut avoir des répercussions sur les enseignants. On peut citer entre autres : des conséquences sociales là où l’enseignant peut rentrer en conflit avec son environnement social et familial. Sa mauvaise humeur le rend colérique avec sa famille et ses collègues de travail. Il devient, fréquemment, insatisfait de ses relations amicales, familiales et professionnelles. On peut avoir aussi des conséquences sur son rendement, l’enseignant se sent abattu et dans l’incapacité d’accomplir sa mission convenablement. Cet abattement de l’enseignant va se répercuter, inévitablement, sur les élèves qui seront des victimes collatérales de cet abattement. On se doit d’évoquer les conséquences sur la santé physique et psychique, là où l’enseignant peut avoir des maux de tètes, perte de poids, dysfonctionnement intestinal, fatigue et susceptibilité aux infections virales. Sa santé psychique peut se dégrader en ayant un état d’angoisse et de d’anxiété.

La vie de l’enseignant est très difficile. L’enseignant vit un malaise et cela se manifeste dans sa santé psychique détériorée. Donc, l’enseignant doit être pris en considération comme un élément sensible et exposé aux problèmes et aux tracas de la vie quotidienne. C’est pour cela que les responsables doivent intervenir pour assurer une meilleure prise en charge de l’enseignant et revaloriser son statut.

Amar BENHAMOUCHE :

Étudiant en psychologie clinique, psychopathologie et santé mentale,
Montpellier3

Master 2 en psychologie clinique université de BEJAIA session Juin 2012.

[1]-M.BOUDARENE. , le stress entre bien être et souffrance, BERTI éditions, Alger, 2005(p 101).

[2]-N. SYLLAMY, Dictionnaire de psychologie, Larousse, Paris, 2004. (page253).