Le terme « Tab Djnanou »censuré par toutes les rédactions algériennes

9

ALGER (Tamurt) Après le qualificatif de « la grande muette », allusion faite à l’armée algérienne, qui est interdit depuis deux années aux journalistes algériens, suite aux directives directes de l’ANP, un autre terme «Tab Djnanou » vient de disparaitre du paysage médiatique de ce pays qui sombre de plus en plus dans la dictature.

«Tab Djanou», la mythique phrase prononcée par Bouteflika en mai 2011 à Sétif, qui signifie « Nos fruits sont mûrs» une métaphore utilisée par Bouteflika pour faire croire aux algériens qu’il ne se présentera plus aux prochaines élections, alors qu’il a fait le contraire bien évidemment.

Ce terme est devenu par la suite le plus utilisé par les journalistes algériens dans leurs articles et analyses de presse. Subitement, ce terme a disparu dans tous les journaux. «Tab Djnanou» est supprimé par tous les chefs de rédaction.

«On a fini par comprendre que le terme Tab Djnanou est interdit. Il s’est avéré que les patrons de journaux sont menacés de les priver de publicité s’ils continuent de le publier. L’ordre vient bien sûr de la tour de Bouzaréa, où le DRS dirige directement la presse en Algérie», nous révéla un journaliste du Soir d’Algérie. Pour rappeler en 2012, l’armée algérienne avait publiquement interpelé les journalistes algériens de ne plus utiliser le terme «la grande muette», une atteinte grave à la liberté de la presse est d’expression.

Lounès B