Les Kabyles ne jurent que par leur indépandance

6
le combat kabyle
le combat kabyle

KABYLIE (TAMURT) – La mouvance indépendantiste kabyle, toutes tendances confondues, gagne du terrain en Kabylie. Certes, le RCD et le FFS existent encore et ont un certain poids, mais c’est le courant indépendantiste qui y domine. Les Kabyles ne jurent que par l’indépendance. Même l’autonomie est rejetée. Le peuple kabyle est convaincu que reprendre son destin en main est la seule solution pour s’émanciper. C’est un droit inscrit dans la charte des Nations Unies, nul ne peut l’ignorer.

La coexistence avec les Algériens est impossible. Rien ne les réunit. Ni la langue, ni l’histoire, ni la culture, ni même la religion: L’islam pratiqué par la majorité des Kabyles n’a rien à voir avec le salafisme algérien. L’indépendance n’est pas un choix, mais une obligation. Les Kabyles ne peuvent pas continuer à vivre dominés. Le régime, comme une bonne partie des Algériens, rejettent de toutes leurs forces la culture kabyle. Il ne reste qu’à  mener le combat, pacifique, pour arracher la liberté. Ce n’est pas une simple affaire.

Le peuple kabyle est appelé à faire encore des sacrifices, mais cette fois au moins pour la bonne cause. Depuis 1962 à ce jour, la Kabylie essaye de plaire aux Algériens et de mener un avenir ensemble sans succès.

Ravah Amokrane

6 COMMENTAIRES

  1. et vos mères les putes, elles sont pour l’indépendance aussi? La majorité des kabyles vous emmerde vous entendez ? Vous pouvez vous la foutre au cul votre indépendance, nous sommes des patriotes algériens et on le restera vous entendez ? Va falloir que certains kabyles de tizi ouzou arretent de parler au nom de tous les kabyles car chez moi dans la région de boumerdès on est pas dans votre délire. Par ailleurs cessez de vous prendre pour le nombril du monde, ca vous fera du bien.

  2. Boumediène et Benbella subjugués par le rais Égyptien ont voulu greffer une idéologie de substitution qui ne correspond à aucune réalité culturelle et historique du terroir. Cette abstraction qui nie ces réalités a vite été rattrapée par l’anthropologie kabyle qui dispose d’un socle de mécanismes sociaux et identitaires qui actionnent l’ordre social et politique kabyle. Devant cet échec idéologique patent, la réintroduction massive de l’enseignement coranique et la réactivation de Zaouias par une masse de capitaux dont une grosse partie vient du moyen orient constitue, actuellement, la plus grande menace pour la pérennité de la kabylie. L’opération de financement de 100 000 corans kabyle écrits en graphie ARABE, pilotée par le ministre des affaires religieuses, et édités en Arabie Séoudite, témoigne de cette volonté politique du régime algérien, associé aux Séouds, de venir à bout de l’irrédentisme Kabyle. Il y’a une volonté manifeste de destruction de l’école « républicaine », bien que les horaires d’enseignement religieux soient déjà important, au profit de « Medersa », futures fabriques de masse de Talibans Kabyles. Un grand travail de conscientisation à ce sujet devrait être entrepris, si l’on veut éviter le retour au 14 ième siècle.

  3. Il paraît qu’il y a une TV kabyle qui émet depuis le Canada. Il suffit d’ organiser des émissions d’ histoire des religions pour renforcer les citoyens dans leurs approche au religieux. Mais il faut tenir compte des enjeux, le même régime fait recours à la drogue alcools prostitution pour qu’ensuite récupérer les pauvres en faisant pousser la population vers les mosquées par réaction défensive. On a besoin d’ être d’ une interprétation sérieuse et de conjuguer la liberté et responsabilité , chaque action doit avoir une cohérence par rapport au projet global. Pour se libérer il faut beaucoup de discipline et de partage, surtout des savoirs. Voilà l’ utilité des médias lourds, corriger les faiblesses financières par un système de défense culturel.

  4. L’amazighité n’a été rajoutée, pour former le triptyque, que contraint et forcé. Ce qui domine dans l’inconscient collectif Algérien, même chez les esprits les plus éclairés, c’ l’arabité et l’islamité. Cette aliénation idéologique et religieuse, qui dépouille l’individu des outils de sa liberté, est vécue comme un acte de liberté. Elle se fond dans la pensée et la conscience de chacun, si bien qu’elle n’est plus vécue comme une cervitude mais comme un libre choix. Aller déloger cette mystification matraquée dans les esprits depuis Benbadis, Bennabi sera plus difficile que de fragmenter un Atome. D’ou le choix de se replier sur notre pays la kabylie pour éviter qu’une masse plus importante de notre jeunesse ne bascule dans cet abîme a cause de l’école arabe.

  5. C’est ce que j’écris depuis longtemps. Un ajout superflux tout comme l’esprit des institutions qui n’ont aucune importance sauf celle de figurer comme facade externe du régime, qui reste à la complete discrétion des militaires de boumediene qui font et défont à leur besoin. Ils partent d’une civilisation et appréhendent la modernité en singeant les constitutions. Or ce qui siede à une constitution c’est son substrat culturel, l’humus, ce qu’ils n’ont jamais eu. Voilà pourquoi les Etat arabes meme laics de Michel Aflak sont finis dans l’islamisme. C’est aussi ce qui caractérise Bourguiba qui tout en soutenant la primauté de Zitouna, ou bien meme croyait greffer la modernité dessus. La kabylie a un Etat vécu intériorisé et une organisation sociale fonctionnelle. Voilà pourquoi si nous avions des militaires issus du terroir et pas les agents d’une idéologie arabislamique comme boumediene qui était élève de l’école coranique d’El Azhar, on aurait facilement cru en les institutions endogènes

  6. En effet il n y a pas à se voiler la facette avec le triptyque hypocrite. Les valeurs des peuples ne peuvent etre synthétisées pour le plaisir des occupants du pouvoir. Le régime militaire actuel vient de la thèse de boumediene qui voudrait possible une algerie arabe en introduisant des militaires et fonctionnaires kabyles comme charniére d’assimilation et controle. L’histoire nous a montré que malgrè le crime d’Etat le peuple Kabyle repose fondamentalement sur des valeurs aux antipodes de l’arabislamisme, qui a participé au charnier de boumediene en Kabylie en 63 et a fait de meme en 2001 et continue de saigner notre peuple.
    Une Algérie arabisée meme partiellement est à refuser et nous n’avons pas à nous justifier aux benbadis belbella qui ont toujours pactisé avec l’occupant.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici