Les travaux de construction s’achèvent – Inauguration imminente de la prison de la honte à Bouira

2

Cette prison est divisée en trois (03) zones, la première zone dont les travaux de construction viennent de s’achever, accueillera seule un millier de prisonniers, les deux autres zones, quant à elles, ont une capacité d’accueil de deux mille places, ce qui fera au total, une capacité d’accueil de plus de trois mille prisonniers !

En comptant une première prison sise au chef-lieu de la wilaya, une deuxième à la sortie nord vers Haïzer et une troisième structure au niveau de Sour-El-Gozlane, l’actuelle structure sera la quatrième du genre au niveau de Tuβiret seulement. L’on rajoute les prisons qui seront construites prochainement en Kabylie, au niveau de Draâ El Mizan, à Azzaga et les autres opérationnelles déjà comme celle de Oued Ghir à Bougie et les trois prisons de Tizi-Ouzou, la Kabylie est devenue la capitale d’accueil des criminels et des délinquants de tout le territoire algérien.

Il est bon de souligner que cette structure urbaine a été construite sur une terre agricole qui servait auparavant à accueillir les multiples activités agricoles des villageois de la localité de Saïd-Abid et des villages limitrophes. L’on se pose la question sur la manière dont l’autorisation de construction a été octroyée au réalisateur du projet ! Il a été opéré un bradage systématique des terres agricoles.

Bien que le budget de cette réalisation ne soit pas connu, il reste évident que le montant global du projet, reste trop élevé. Les dépenses engagées pour cette construction, pouvaient servir à d’autres projets d’utilité publique, à caractère social et économique.

Telle est la stratégie du pouvoir algérien qui consiste à encercler Tuβiret ainsi que toute la Kabylie, par des prisons et des centres de rééducation, qui sont le refuge d’une grande majorité de malfaiteurs en Algérie. Ces structures sont le principal investissement de ce régime en Kabylie.

Aziz Ait-Amirouche.info