Louisa Hanoune présidente du PT à vie

1
Louisa Hanoune
Louisa Hanoune

ALGERIE (TAMURT) – Après vingt-huit ans à la tête du Parti des Travailleurs, Louisa Hanoune, qui passe son temps à chanter la démocratie dans un pays où l’idée même de liberté est une utopie, vient encore d’être « élue » bien sûr pour un nouveau mandat. Comme Abdelaziz Bouteflika, son président, elle ne veut pas quitter le pouvoir. Elle parlera encore de démocratie… Avec la même hargne. Mais qui la croira ?

Louisa Hanoune aurait pu, par exemple, après une éternité à la tête de son parti, passer le flambeau à l’un de ses bras droit Ramdane Taazibt, qui lui est resté fidèle durant tout leur parcours commun en dépit de toutes les attaques dont avait fait l’objet Louisa hanoune, notamment lorsque l’ancien secrétaire général du FLN, Amar Saidani, avait publiquement dévoilé les affinités avérées de Louisa Hanoune avec le général Tewfik. Non, Louisa Hanoune est aveuglée par la soif du pouvoir. Qui ne l’est pas d’ailleurs en Algérie où celui qui occupe un poste de responsabilité, même par voix d’élections, ne le quitte jamais. On le confirme de plus en plus.

Ahmed Ouyahia en tant que secrétaire général du RND ainsi que presque tous les autres chefs de partis politiques à l’instar de Amar Ghoul, Amara Benyounès, Abdelaziz Belaid, la tristement célèbre Naima Salhi, Abderrezak Makri. La liste est longue. Même à la tête de l’UGTA, un syndicat étatique qui passe son temps à défendre le pouvoir et à soutenir Bouteflika au lieu de se battre pour les droits des travailleurs, Abdelmadjid Sidi Said ne veut pas lâcher prise. Il est le chef de l’UGTA depuis l’assassinat de Abdelhak Benhamouda en 1997. Soit, 21 ans ! Mais dans le cas de Louisa Hanoune, c’est pire. Car, cette femme politique ne rate aucune occasion pour donner des leçons à tout le monde et à faire mine de défendre les opprimés au nom du communisme. Elle s’accroche toutefois à son poste de SG du PT en tournant sciemment le dos à tous les principes qu’elle clament pour tromper les citoyens.

Et il se trouve encore des observateurs qui se posent la question et s’interrogent pourquoi les citoyens ne votent plus et ne s’intéressent plus à la politique. On ne peut pas terminer sans rappeler également que Louisa Hanoune est en train d’écouler tranquillement son cinquième mandat (d’affilée) de députée ! C’est cela la démocratie, à l’algérienne bien sûr, qui fabrique des rois et des reines inamovibles qui s’appellent Louisa Hanoune et consorts.

Tarik Haddouche