Lyazid Abid : « Je m’en réjouis de l’initiative du Maroc »

88
la question kabyle à l'ONU
la question kabyle à l'ONU

DIASPORA (Tamurt) – Le numéro deux du Gouvernement provisoire kabyle n’a pas tardé à réagir à la plaidoirie de la délégation marocaine en faveur de l’autodétermination de la Kabylie. « Le droit du peuple kabyle à l’autodétermination et à l’établissement d’un État indépendant et souverain, a été fortement défendu, par le Maroc, lors de La commémoration du 70ème anniversaire de la création des Nations Unies.

A ce titre, je ne peux que m’en réjouir car le but principal du GPK consiste justement à poser la question de la souveraineté de la Kabylie sur le bureau des Nations Unies », dira Lyazid Abid, connu pour son engagement et sa détermination indéfectible pour la défense de la cause Kabyle dans les quatre coins de la planète. Le responsable du GPK fera remarquer que la cause kabyle est amplement légitime et la reconnaissance du GPK est tout à fait logique. « Vous savez, l’Etat n’est légitime que s’il est consenti par ses propres sujets. Il est l’œuvre du peuple disposant de lui-même. Je rappelle que le préambule de la Charte des Nations Unies, commence par cette formidable phrase : Nous, peuples des Nations Unies!”. Ces premiers mots renseignent sur la justesse et légalité des peuples qui se battent pour l’autodétermination et surtout sur le fait qu’aucune mention n’est faite aux Etats. “Nous, Peuples qui formons les Nations Unies” », Dira le numéro deux du GPK.

Monsieur Abid fera remarquer aussi que « l’avenir de l’humanité ce sont justement ces Peuples dont nous faisons partie. Ce ne sont ni les frontières, ni les Etats aussi puissants soient-ils, ni la centaine de personne qui détiennent les richesses des milliards d’êtres humains. L’avenir, c’est les Peuples et ils sont nombreux ceux à qui on refuse le droit à la sécession. L’ONU, pour assurer sa pérennité, gagnerait à revoir le principe du droit à l’autodétermination ». Pour la question kabyle Lyazid Abid n’a pas mâché ses mots  « soit le droit des peuples à l’autodétermination existe pour tout le monde, soit il ne doit s’appliquer à personne. Le non respect de ce principe par l’ONU reviendrait à creuser sa propre tombe. La Kabylie a plus que jamais besoin de tous ses enfants pour sortir des ténèbres ». Notons que d’importants partis politiques des pays Européens se penchent sur la question kabyle. Des ONG et des personnalités du monde politique et artistique des pays occidentaux affichent leur sympathie pour le GPK.

Lounès B