Lynchage médiatique contre Merzak Allouache

10

HAIFA (Tamurt) La participation du film « madame courage » du réalisateur algérien Merzak Allouache au festival international du film de Haïfa à Israël a fait sortir le ministre algérien de la culture, A. Mihoubi,  de ses gants.

Et pour cause, cette participation est jugée immorale et indécente vis-à-vis de l’Etat algérien, en sus, le réalisateur a bénéficié de 20 millions de centimes algériens versée par le ministère de la « désinculture » algérien. le premier responsable de la tutelle s’est montré menaçant à l’égard de courageux réalisateur qui ne sait pas plier aux intimidations dudit ministre, d’autant plus que certains organes de presse algériens comme Ennahar ne se sont pas gênés pour diaboliser et calomnier au sujet de Merzak Allouache, présenté comme étant un félon et un renégat de premier ordre.

L’abnégation et la témérité de ce grand réalisateur méritent d’être salué et défendu de tous part. À plus forte raison, le courage rime avec conviction. Le régime algérien ne cesse d’exceller dans l’art de l’esbroufe en s’attaquant à l’Etat hébreux, comme ça était le cas dans un passé récent, où le valeureux Ferhat Mehenni a essuyé un lynchage médiatique d’une rare violence, et ce, en visitant la terre d’Israël. Il est grand que ces larbins des monarchies du golfe comprennent qu’Israël n’a jamais été l’ennemi de la Kabylie, moins des défenseurs de la démocratie. C’est un grave leurre que de présenter l’Etat hébreux comme l’ennemi à abattre au motif que la Palestine est sous le joug de l’ennemi juré des pays musulmans.

Amnay