Malika Matoub assume son alliance avec le pouvoir

0
Malika Matoub et Ali Haddad
Malika Matoub et Ali Haddad

KABYLIE (Tamurt) – Malika Matoub ne cache plus son jeu. Elle assume pleinement son choix : celui de s’être alignée avec le pouvoir algérien. Alors que jusqu’à un passé récent, Malika Matoub cachait bien son jeu même du temps où elle avait voté pour la loi sur la réconciliation nationale décidée par Abdelaziz Bouteflika. Jusqu’à il n’y a pas si longtemps, Malika Matoub faisait preuve d’une certaine retenue pour ne pas perdre toutes ses cartes.

Mais à l’approche des élection présidentielles de 2019, Malika Matoub assume désormais ses positions qui sont en phase avec celles du pouvoir algérien. Malika Matoub assume clairement être de mèche avec le pouvoir actuel, celui de Bouteflika plus précisément. L’une des preuves tranchantes de ce choix, c’est la visite, il y a trois jours, de l’un des hommes de main de Said Boutefika, à savoir Ali Haddad. Malika Matoub a reçu dans la maison de Matoub Lounès, au village Taourirt Moussa, Ali Haddad qui est l’un des éléments clés du pouvoir de Bouteflika et de son clan depuis plusieurs mandats.

Malika Matoub et sa mère ont même permis au caméramans de filmer cette visite. Des images qui ont été diffusées en premier sur la chaine de télévision de Ali Haddad, Dzair TV. Le fait que cette rencontre ait été médiatisée sur place confirme qu’elle est loin d’être juste une visite « amicale et de soutien à la famille du rebelle » mais constitue la preuve tranchante qui démontre que cet « événement » se veut un autre gag de soumission de la part de Malika Matoub au pouvoir algérien.

Autrement, en quoi une telle visite mérite-t-elle la médiatisation ? En outre, Malika Matoub ne rate aucune occasion pour tirer à boulets rouges sur Ferhat Mehenni et de tenter de lui porter atteinte. Elle vient de rebondir en déclarant que, s’il était encore vivant, Matoub Lounès n’aurait jamais adhéré au projet indépendantiste prôné par Ferhat Mehenni. Malika Matoub sait bien ce qu’elle fait. Mais elle ignore peut-être les conséquences dramatiques de ses actes en jouant avec le feu et en tentant d’opposer les indépendantistes kabyles à la pensée de Matoub Lounès, dont elle s’autoproclame gardienne du temple.

Tarik Haddouche