MZAB: Me Salah Dabouz et Bahmed Lasskeur arrêtés

0
L'avocat Salah Debouz arrêté pa la policie algéienne
L'avocat Salah Debouz arrêté pa la policie algéienne

MZAB (TAMURT) – L’avocat et militant des droits humains Me Salah Dabouz a été arrêté aujourd’hui vers 15h30 dans un restaurant près de son bureau à Alger. Cette arrestation est due à sa dénonciation du racisme du procureur général de Taghardayt (Ghardaïa) Mohamed Bensalem et de son abus de pouvoir.

Cette arrestation coïncidé avec celle de M. Lassaker Bahmad, militant du parti FFS à Berriane (45 km du chef-lieu de la wilaya de Taghardayt), qui a été arrêté à Berriane et transféré à Taghardayt. M. Bahamad Lassakeur a été menacé à maintes reprises par des policiers ou leurs émissaires pour avoir soutenu les victimes de l’injustice et dénoncé courageusement les abus de pouvoir des autorités locales, mais aussi pour sa participation aux récentes manifestations visant à changer le système.

Ces deux arrestations font partie des agissements arbitraires et racistes du procureur général de Taghrdayt et du wali de Taghardayt envers les militants Mzabs tels que Kamaleddine Fekhar et le syndicaliste et militant du parti MDS Hadj-Brahim Aouf. M. Salah Dabouz a répondu au procureur général de Taghardayt dans trois vidéos postées sur sa page Facebook, où il a exposé les graves violations du système judiciaire à Taghardayt et les abus de cet employé censé s’acquitter de sa mission qui consiste en l’application de la justice et l’utilisation de l’action publique contre les criminels et les corrompus au lieu de poursuivre les militants des droits humains et les syndicalistes qui dénoncent l’injustice et le racisme.

Connaissant parfaitement les dossiers judiciaires des détenus Mzabs, Me Salah Dabouz a énumèré les violations du procureur général et les scandales du système judiciaire à Taghardayt suivants :
– Noureddine Tichabet et Idris Khayat, tous deux accusés de meurtre, ont fait l’objet d’un procès au cours duquel le juge a tout simplement décidé de ne pas faire appel à un jury comme le stipule la loi. Ils ont été condamné à 10 ans de prison ferme malgré leur acquittement du meurtre ! Ils ont été condamnés pour « avoir répandu la terreur causée par le meurtre » dont ils ont été acquittés ! ! ! Cette contradiction flagrante est la preuve d’une volonté de condamner les deux jeunes hommes malgré en dépit de leur innocence.
– Le harcèlement dont est victime le syndicaliste Hadj-Brahim Aouf et sa poursuite en justice en raison de sa dénonciation de la corruption qui gangrène le secteur de l’éducation nationale et la complicité du Wali de Taghardayt avec le Directeur de l’académie et avec les corrompus de ce secteur. Accusé d’outrage à un corps constitué, il a été arrêté, d’une façon illégale et en violation flagrante des procédures, le 31 mars 2019. Il a entamé immédiatement une grève de la faim.
– L’enlèvement et la poursuite judiciaire de M. Kamaleddine Fekhar en raison de sa dénonciation de la discrimination raciale pratiquée par les différentes autorités de Taghardayt. Accusé d’outrage à un corps constitué, il a été arrêté d’une façon illégale et en violation flagrante des procédures le 31 mars 2019. Il a entamé immédiatement une grève de la faim..
– Enlèvement par force de deux enfants de Fekhar, mineurs et âgés de 8 et 10 ans, par la police devant le lieu de travail de leur père, le 31 mars 2019. Ils étaient en compagnie de leur père. Ils ont été détenus au commissariat de police pendant deux heures avant d’être relâchés. Les deux enfants sont toujours sous le choc. C’est un crime contre l’enfance.

Nous tenons le procureur général, le Wali de Tagharadyt, les autorités locales et les autorités centrales responsables de l’intégrité physique de Me Salah Dabouz, de M. Bahmed Lassakeur, du Dr Kamaleddine Fekhar ainsi que de M. Hadj-brahim Aouf, et demandons leur libération immédiate.
Le peuple algérien dans son ensemble s’est dressé contre l’injustice et a appelé au départ du pouvoir. Pourquoi cette politique de deux poids, deux mesures à l’encontre des militants et syndicalistes à Taghardayt?? Que cherchent le Wali de Taghardayt et le procureur générale avec ces agissements?? Pourquoi le Wali et l’appareil judiciaire à Taghardayt recherchent-ils, en usant de tout pouvoir dont ils disposent, à allumer le feu de la sédition dans le Mzab après une accalmie de plus de deux ans?? C’est étrange que dans l’un de ses communiqués de presse, le procureur général Mohammed Bensalem, ait accusé Fekhar de « vouloir perturber le mouvement populaire de la jeunesse » !! Le procureur général et le Wali sont des symboles du pouvoir dont la mobilisation populaire veut dégager (Qu’ils dégagent tous).

Partout en Algérie, le peuple est sorti pour dénoncer l’injustice, le racisme et la corruption du pouvoir, il n y a qu’à Taghardayt que ces critiques sont considérées comme des crimes par le procureur général.
Nous, Izmulen, condamnons fermement ces abus et exprimons notre solidarité indéfectible à toutes les victimes en leur assurant de ne ménager aucun effort pour poursuivre en justice ces criminels (Le procureur général, le Wali et tous les autres).

Paris le 07 avril 2019
Président d’Izmulen
Mohammed DABOUZ

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici