Notre ultime espoir : intervention des instances internationales avant la catastrophe

6

GHARDAIA (Tamurt) – Dans un communiqué parvenu à notre rédaction, l’Assemblée Mondiale Amazighe tire la sonnette d’alarme quant à l’état de santé inquiétant des militants Mozabites, Kamel eddine Fekhar et son compagnon Qasim Sofghalem, incarcérés dans une prison algérienne, accusés arbitrairement de faits orchestrés par l’Etat algérien lui-même. L’AMA interpelle les instances internationales avant qu’un drame n’arrive. Tamurt publie ci-après le communiqué dans son intégralité. 

 

Notre ultime espoir : intervention des instances internationales avant la catastrophe

Lundi, 13 ème jour de la grève de faim qu’effectuent  le Dr kamel Eddine Fekhar et son compagnon Qasim Sofghalem à la prison de Mniâa à Ghardaia. L’état de  santé des deux détenus a atteint un  stade critique marqué par une hypoglycémie et une faible tension artérielle. Leur souffle est faible et pas assez fort pour pouvoir marcher. Tous ces symptômes peuvent provoquer la mort si on intervient pas à temps !

Nous espérons et attendons toujours l’intervention des instances internationales avant qu’il y ait une catastrophe. A ce stade, l’histoire retiendra à quel point l’ONU a tardé à venir en aide pour sauver des militants des droits de l’Homme qui l’ont interpelé depuis une année pour intervenir afin de protéger le peuple mozabite qui subit une véritable épuration ethnique, mais en vain. Plus de 20 citoyens assassinés de façon sauvage, des centaines de familles  sans domiciles, et des jeunes mozabites qui ont usé de leur droit de légitime de défense ont été victimes de l’arbitraire et de l’injustice des autorités algériennes au moment où les services de sécurité algériens ont brillé par leur haine contre les Amazighs du Mzab et c’est ainsi qu’ils ont procédé à l’arrestation des victimes qu’on accuse des crimes dont elles sont victimes. Cette répression et cette oppression découlent d’un plan diabolique orchestré par l’Etat algérien dans le but d’anéantir l’identité amazighe du peuple du Mzab.

Nous espérons que  le parlement européen agira avant qu’il ne soit trop tard  et que la situation atteigne le pire. L’histoire condamnera les gouvernements européens pour leur silence et leur soutien à un régime dictatorial et totalitaire, ce qui  est contraire à leur slogan phare : « Défense des droits humains ».  En adoptant  une position de neutralité devant la crise que traverse le peuple mozabite et l’arrestation arbitraire des militants des droits de l’homme, ces gouvernements n’ont fait que soutenir un crime commis contre un peuple pacifique.

Nous ne cesserons pas d’appeler les organisations de défense des droits de l’homme, les instances internationales, les organisations amazighes et des personnalités mondiales afin d’intervenir pour sauver des militants qui  ont longtemps résisté contre les abus et les violations de droits de la personne humaine par les autorités algériennes.

Khodir Sekouti

Délégué  Algérie pour l’AMA