Ouyahia, le dernier condamné par le système juridique kabyle

19

KABYLIE (Tamurt) – D’après l’écrivain Albert Camus, le système juridique du pays kabyle est unique au monde. Il en est le plus sévère, évidemment. Les criminels et les traîtres sont expatriés du village et de toute la région. Les parents et les proches du condamné sont les premiers à le renier à jamais.

C’est le cas apparemment d’Ahmed Ouyahia. Il est renié par les habitants de Bouadnane, par sa mère et ses frères pour avoir cautionné les crimes du régime raciste d’Alger. Cette information n’est pas une révélation. Des journalistes algériens se sont déjà penchés sur cette affaire. Echourouk avait publié même une interview du frère d’Ahmed Ouyahia qui l’avait renié et qui a affirmé que toute la famille avait coupé toute relation avec lui. De ce fait, il semble que le plus grand serviteur kabyle du régime raciste d’Alger, Ahmed Ouyahia, est le dernier Kabyle qui est jugé à travers le principe du système juridique de ce pays.

Pour Ahmed Ouyahia, il est en colère contre le MAK du fait que les Kabyles aient dévoilé à l’opinion publique qu’il est rejeté par ses mentors ce qui explique certainement ses attaques récurrentes contre ce mouvement. Ouyahia est allé jusqu’à qualifier ce mouvement d’être à la solde des étrangers, c’est comme si les puits de pétrole  que son régime gère n’ont pas été cédés aux multinationales. C’est comme si le financement du Polisario depuis plus de 40 ans par l’argent des Algériens n’est pas un financement inutile. Ouyahia aura toujours sur sa conscience la mort de 127 jeunes kabyles par les gendarmes alors qu’il était ministre de la Justice.

Lounès B