Rejet de la présidentielle : révolte à Iflissen et Mekla

2
Mairie-IFLISSEN
Mairie-IFLISSEN

KABYLIE (TAMURT) – L’impossibilité de tenir des élections présidentielles dans les délais impartis se précise de plus en plus surtout dans la région de Kabylie où des actions, entreprises par les citoyens, s’apparentant à une véritable désobéissance civile, ne cessent d’être signalées chaque jour. On ne sait vraiment pas si le pouvoir poussera son entêtement jusqu’à maintenir la date du 12 décembre pour la tenue de ce vote très controversé et contesté.

Plusieurs actions concrètes visant à exprimer le rejet de cette élection voire son empêchement ont été encore enregistrées hier dans la région de Kabylie et plus particulièrement dans la wilaya de Tizi Ouzou, après celle signalées dans la wilaya de Bgayet mais aussi dans la région de Bouira. Dans la localité de Mekla, à une vingtaine de kilomètres au sud-est du chef-lieu de la wilaya de Tizi Ouzou, les choses ont vite mal tourné et ont failli s’envenimer, hier matin, quand une délégation s’est présentée, hier matin, au siège de l’Assemblée Populaire Communale (APC) avec pour ordre du jour l’organisation de la présidentielle du 12 décembre. Il s’agit, comme on peut le deviner, de la commission d’organisation des élections présidentielles du 12 décembre 2019.

Au moment où les membres de cette délégation tentaient d’ouvrir le bureau des élections se trouvant dans l’enceinte de la mairie, la colère des fonctionnaires de l’APC et des citoyens a vite éclaté. Sur place, les concernés ont décrété une grève et ont improvisé une marche pour exprimer leur refus et leur rejet de cette élection. Pour leur part, les habitants de la région d’Iflissen, dans la daira de Tigzirt, ont fermé carrément le siège de leur mairie pour barrer la route à toute tentative d’entamer les préparatifs de la même élection.

Les citoyens d’Iflissen ont fait usage d’un poste à souder pour fermer ledit siège de l’administration locale. Les concernés ont ensuite placé une large banderole devant l’entrée principale de la mairie où l’on peut lire : « Pas de vote à Iflissen ».

Tarik Haddouche

2 COMMENTAIRES

  1. La même chose s »est produite à des centaines de kilomètres plus à l’ouest, là ils ont investi carrément la mairie.

  2. Le rejet des élections par les kabyles qui ne se sentent plus du concernés peut s’entendre, mais cela profitera encore une fois aux islamistes qui n’attendent que d’avoir le champ libre pour s’emparer du pouvoir. Alors, les kabyles sont-ils encore une fois sur la trajectoire du pire ? L’Histoire le dira.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici