Réponse du journaliste de Tamurt, Nassim N. à Mustapha Mazouzi

15

DROIT DE RÉPONSE (Tamurt) – Je persiste et signe que Monsieur Mustapha Mazouzi a déclaré au premier responsable de l’établissement hôtelier Lalla Kheddidja que Monsieur Ferhat Mehenni est je cite « un agent de la DST et du Mossad. Les musiques de ce traître ne doivent pas être écoutées en Kabylie. J’exige que ses CD soient retirés sinon nous allons nous occuper de ça ».

L’information est parvenue à la rédaction Tamurt.info par le biais de plusieurs clients de l’hôtel. Nous avons pris le soin de la publier qu’après sa vérification.

Le plus important.info ce n’est pas le comportement de Monsieur Mazouzi, mais le geste salutaire du directeur de l’hôtel Lalla Kheddidja qui lui a tenu tête, devant la présence de plusieurs personnes, ce qui a facilité la confirmation de l’information.

« Mazouzi était hors de lui lorsqu’il a entendu la musique de Ferhat au salon de l’hôtel. Il avait déclaré furieusement que Ferhat est vomi par la Kabylie », nous a fait savoir un client. Monsieur Mazouzi s’est permis une publicité gratuite grâce au journal Tamurt.info. Il a écrit : « Dire que j’ai demandé aux employés de cet établissement de retirer les CD de Ferhat n’est qu’un grotesque mensonge ». Sans plus. Ses réponses agressives voire insultantes montrent la réelle personnalité de ce Monsieur.

Monsieur Mazouzi a déclaré que « Le directeur de cet hôtel, qui se trouve être un ami, peut confirmer la véracité de mes propos et surtout il va informer le sieur Nassim N. ce qu’a fait Mustapha Mazouzi en 2005 pour sauver cet établissement d’une privatisation certaine » et d’ajouter après qu’il n’est « qu’un simple citoyen de cette région chère à l’Algérie – oui je suis pour une Algérie unie et indivisible ». Un simple citoyen peut-il empêcher la privatisation d’un établissement hôtelier en Kabylie ? A vrai dire il n’a rien empêché. Ses rencontres avec les décideurs lors des événements de Kabylie ont abouti à un simulacre de dialogue entre le mouvement citoyen et le pouvoir assassin.

Monsieur Mazouzi n’a pas eu le courage d’évoquer les dernières législatives auxquelles il s’est présenté après de nombreuses défections de candidats, à la dernière minute. Même les personnes portées sur sa liste n’ont pas voté pour lui.
Les raisons ne sont qu’un secret de polichinelle.

Nassim N.