Selon le chercheur Larbi Graine : L’Emir Abdelkader « est un berbère »

2
Emir Abdelkader
Emir Abdelkader

TAMAZGHA (Tamurt) – L’Emir Abdelkader, qui s’est toujours enorgueilli d’être un arabe « de pure race » n’est finalement pas aussi arabe qu’il l’a laissé croire durant toute sa vie. Il aurait des origines berbères presque avérées, selon le chercheur,  écrivain et journaliste Larbi Graine.

Le journaliste, écrivain et universitaire Larbi Graine vient d’affirmer que l’Emir Abdelkader serait d’origine berbère. Le chercheur Larbi Graine, qui est titulaire d’un diplôme d’études approfondies de l’université de Paris XIII révèle que l’Emir Abdelkader, « à l’instar de tous les Algériens, des origines berbères. Celles-ci ont été occultées par les historiens et (sauf erreur de ma part), elles l’ont été aussi par ses biographes ». Or, ajoute Larbi Graine, quoique rares et lacunaires,  des sources existent sur le sujet et auraient pu être exploitées avec profit.

Larbi Graine parle d’une première mention qui fait état de l’origine berbère de l’émir et qui semble remonter à 1840, soit dix années, après le début de la conquête française : « On la doit en réalité à deux ouvrages parus dans la même année.  Le premier est un essai historique rédigé par l’officier français Esterhazy Walsin et le second est un document officiel de l’administration coloniale.  On peut s’étonner de voir un Français douter de l’origine arabe d’Abdelkader, et pourtant c’est ce que Esterhazy n’hésite pas à mettre en exergue ». Ainsi, Esterhazy, cité par Larbi Graine, a écrit  sur ce sujet : « Bien qu’Abd-el-Kader prétende être de pure race arabe, […] il paraît, au dire des habitants du pays, qu’il sort des Berbères Beni-Ifferen, et descend de cet Abd-el-Moula, qui a commandé autrefois à Tekedempt ».

Pour prouver qu’Abdelkader est un berbère, Larbi Graine, fait référence à un deuxième livre qui parle de la plaine du Ghris et de la tribu des Hachem dont Abdelkader est issu :  « D’après les traditions conservées par les thalebs, la plaine de Gheris, avant l’invasion des Arabes, était habitée par les Berbères et les colonies romaines(…). Les Beni-Zeroual et les Beni-Rached, furent les premiers possesseurs de cette plaine après l’expulsion des Romains. Mais bientôt ils furent supplantés eux-mêmes par les Beni-Snous venus du Gharb (de l’ouest). Ces Beni-Snous passent pour les ancêtres des Hachem, qui sont encore appelés, dans le langage des savants, les Oulad-Snous ».

Larbi Graine cite deux autrres ouvrages qui prouvent que l’Emir Abdelkader est un berbère. Il y a le livre de Rozet et Carette : Ces deux auteurs reprennent l’origine ifrinide d’Abdelkader mais avec cette différence qu’ils présentent cette origine comme un fait assumé par l’émir. Selon eux, Abd-el-Kader, le plus redoutable ennemi de la France en Algérie, prétend tirer son origine de la tribu des Beni Ifren. Quant au quatrième et dernier livre cité par Larbi Graine, il s’agit d’une synthèse historique érudite sur la tribu des Hachem.

« Publiée par Lespinasse dans la Revue Africaine en 1877, cette étude qui s’appuie sur les indications d’Ibn Khaldoun, confirme la tradition recueillie auprès des habitants du cru et que rapportent les trois sources précédemment citées. Les Hachem sont un rameau de la grande confédération berbère des Beni Rached qui descendent des Zanata. Ils ont pour cousins les Beni Ziyan et les Beni Toudjin. Les premiers ont fondé la dynastie  du même nom qui régna à Tlemcen. Quant aux seconds, ils ont fondé à l’ombre des premiers, une sorte de sous-dynastie. Ses souverains avaient le titre d’émir et durent régner pendant à peu près trois siècles à Takdemt, la ville même qui, après Mascara, servira de capitale à Abdelkader », conclut Larbi Graine.

Tarik Haddouche