Soutien des Amazighs de France au peuple d’Azawad – Ils appellent à manifester le samedi 16 février 2013 à 14h, à Paris

1

Leurs révoltes ont été souvent violemment réprimées et les «accords de paix» signés avec l’Etat malien n’ont jamais été suivis d’effet », dénoncent les signataires du document qui comptent saisir qui de droit et attirer l’attention des instances internationales sur cette atteinte aux droits de l’Homme et de préciser « las de subir les injustices en toute impunité, les habitants de l’Azawad ont créé le Mouvement National de Libération de l’Azawad (MNLA) afin de prendre leur destin en main, conformément au droit international relatif au droit des peuples à disposer d’eux-mêmes ».

Le document explique « afin de contrecarrer l’objectif du MNLA, le gouvernement malien et certains Etats étrangers ont fortement favorisé l’entrée et le renforcement de groupes islamistes terroristes et narcotrafiquants dans cette région. C’est ce qui a donné le motif officiel à l’intervention militaire française au Mali, avec l’objectif initial de «stopper l’avancée des islamistes» vers le sud, menaçant la capitale du Mali. Mais on constate que la France, qui intervient opportunément au moment où Bamako est menacée, est restée indifférente à l’occupation de l’Azawad par les intégristes et à leurs crimes. Cela montre le parti pris français qui a toujours soutenu l’Etat du Mali contre les peuples de l’Azawad et en particulier les Touaregs.

Par ailleurs, « la France s’est rajoutée un nouvel objectif, celui de «reconquérir l’intégrité territoriale du Mali», ce qui supposerait qu’elle attaquerait le MNLA et le peuple de l’Azawad ? Et pourquoi la France ne condamne-t-elle pas les exactions commises par l’armée malienne et ne punit-elle pas leurs auteurs ? », s’interrogent-on et de rappeler que le drame actuel des populations de l’Azawad et des Touaregs en particulier « découle directement du découpage territorial arbitraire de cette ancienne colonie française.
La responsabilité de la France est donc doublement engagée : dans la création d’un Etat artificiel sans le respect pour les peuples et dans l’opération Serval si celle-ci outrepasse le strict objectif de débarrasser l’Azawad des islamo terroristes et autres bandes de narcotrafiquants».
« En conséquence, nous, Amazighs de France, déclarons notre solidarité avec les populations de l’Azawad et appelons tous les citoyens épris de justice et les défenseurs des peuples opprimés, à exprimer leur soutien à l’Azawad et au peuple Touareg en manifestant massivement le Samedi 16 février 2013 à 14h » de l’Assemblée Nationale (Place Edouard Herriot) au Ministère des Affaires Etrangères (37, Quai d’Orsay, Paris-7°) », lancent lessignataires.
Les manifestants comptent dénoncer le droit à la vie et à la liberté pour le peuple
Touareg sur la terre de ses ancêtres, le respect du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et de dire non à l’impunité concernant tous les crimes commis contre les peuples de l’Azawad, non à la Françafrique et 50 ans de marginalisation, de répression, de crimes, de révoltes et d’exil…ça suffit !

Mohand T. .info