Tina, une Italienne qui parle et qui chante en kabyle

12
Tina, une Italienne qui parle et qui chante en kabyle
Tina, une Italienne qui parle et qui chante en kabyle

ITALIE ( Tamurt) – Une autre européenne vient de tomber sous le charme de la Kabylie. Après la Finlandaise Stina et l’Allemande Uli, qui chantent parfaitement en kabyle, une Italienne semble leurs emboîter le pas. Il s’agit, en effet, de Tina. Une Italienne de 35 ans établie à Berlin en Allemagne.

Tina, elle aussi, a découvert récemment la culture et la langue kabyle à travers des amis militants du MAK d’Allemagne et de Suisse.  Rencontrée à la ville d’Umkirch, au sud de l’Allemagne, le  23 janvier dernier ou Yennayer a été célébré par les Kabyles, Tina est revenue en détail sur son coup de foudre avec la Kabylie. « Mon rêve est de visiter un jour ce beau pays. Pour la langue kabyle, j’ai appris une bonne partie en un laps de temps. C’est une langue que j’aime bien et que je compte apprendre jusqu’à la maîtrise parfaite et l’écrire même », nous dira Tina, d’un air déterminé et avec un sourire qui ne quitte jamais ses lèvres.

Tina s’intéresse aussi à la musique kabyle. Sa chanson préférée, qu’elle interprète parfaitement  n’est autre que « Yemma TedhaHaffi », de BélaïdTgarwal, son idole. Avec un timbre de voix mielleux, On dirait que c’est une vraie femme kabyle qui chante.  Mais elle dit aussi, écouter un bon nombre de chanteurs kabyles qui l’ont émerveillé. « Ce n’est pas facile d’apprendre une langue d’un pays lointain et inconnue de notre entourage, mais je sais bien que bientôt je vais la maîtriser comme une vraie kabyle », ajouta Tina.

Cette Italienne dit aussi avoir des connaissances sur la civilisation amazighe et leur histoire depuis longtemps. «  L’illustre philosophe Saint Augustin est un Amazighe d’Afrique du Nord. Il est une référence chez nous en Italie et dans tous les pays occidentaux.  On sait bien que les habitants de l’Afrique du Nord ne sont pas arabes », fera remarquer la jeune Italienne qui ne perd pas espoir de monter sur scène en Kabylie pour chanter dans la langue de Mouloud Mammeri comme la Finlandaise Stina.

Faut juste rappeler qu’au moment la soit-disant Miss Kabylie refuse de parler en kabyle, des femmes européennes apprennent cette belle langue et se montrent même fières d’y s’exprimer.

Lounès B