Tizi Ouzou : La gestion catastrophique d’El Hadi Ould Ali mise à nu

0
Ould Ali
Ould Ali

KABYLIE (TAMURT) – La gestion catastrophique de El Hadi Ould Ali, ancien ministre de la Jeunesse et des Sports et surtout ancien directeur de la culture de la wilaya de Tizi Ouzou, commence à apparaitre au grand jour. Lors de sa visite à Tizi Ouzou, hier samedi, Azeddine Mihoubi a été stupéfait de découvrir ce qui se passe dans le secteur qu’il dirige.

En effet, des projets du secteur de la culture qui datent de l’époque où El Hadi Ould Ali était directeur de la culture de la wilaya de Tizi Ouzou sont encore à l’état embryonnaire. Le ministre n’a pu cacher son mécontentement quand il a découvert que le projet de la salle de cinéma « Djurdjura » au centre-ville de Tizi Ouzou, lancé en 2013 et devant être réalisé en 16 mois n’est actuellement qu’à 70 % de taux d’avancement de ses travaux ! Une véritable catastrophe en matière de gestion ! L’argent nécessaire pour mener à terme ce projet avait pourtant été totalement dégagé par la tutelle en 2013. Il en est de même du chantier du théâtre de verdure de la ville de Tizi Ouzou dont la réception n’est pas pour demain. Le ministre en question a été également pris de court quand il a vu que le projet en question tarde encore à voir le jour en dépit des milliards qu’il a consommé. Il faut dire que le ministre de la Culture a été de tout temps piégé en pensant que tout allait pour le bien pour le secteur de la culture à Tizi Ouzou, lui qui ne venait dans cette région, que pour inaugurer des festivals de danse et des événements du même style et du même genre.

Mais c’est la première qu’il vient pour des choses sérieuses. Une fois sur le terrain, Mihoubi, a trouvé le contraire de l’idée très positive mais factice qu’on lui avait miroitée concernant son secteur. Mihoubi a aussi exprimé son désaveu total en découvrant que le projet du musée sommeille également et que son ouverture est loin d’être dans un avenir proche. Ce n’est là qu’une partie et la face visible de la gestion calamiteuse d’El Hadi Ould Ali dont tout le monde se souvient de l’affaire des 38 milliards. Il s’agit de la somme astronomique dépensée par ce directeur de la culture (El Hadi Ould Ali), non pas pour réaliser un gigantesque projet, mais plutôt pour juste rénover le théâtre de Tizi Ouzou. L’affaire a été vite camouflée car le pouvoir avait encore besoin de Ould Ali Hadi pour les campagnes électorales et autres sales besognes pour lesquels les candidats ne se bousculent pas.

Tarik Haddouche

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici