Tizi Ouzou : L’association des Ulémas pour célébrer le printemps berbère !

14
Ulémas
Ulémas

TIZI OUZOU (Tamurt) – Certes, c’est incroyable. Mais c’est vrai. La direction de la culture de la wilaya de Tizi Ouzou a programmé une journée d’activités culturelles dans la cadre de la célébration de l’anniversaire du printemps berbère en associant l’association des Ulémas algériens de Abdelhamid Ibn Badis. En cette journée du 16 avril, qui est aussi la journée du « savoir » (version Ben Badis bien sûr et non pas Thomas Edison ou Albert Einstein), la maison de la culture Mouloud-Mammeri a abrité des conférences religieuses animées par des responsables de cette association.

Or, la veille, le porte parole de cette même association avait exprimé, en des termes à peine voilés, son hostilité à l’égard de la langue tamazight. Cette activité religieuse a été intégrée officiellement, par les organisateurs, dans le sillage de la commémoration du 38 ème anniversaire du printemps berbère. En plus de cette anomalie, on a également relevé, avec étonnement, que l’une des activités phares de cette année, à Tizi Ouzou, inscrite dans le programme officiel de la célébration de l’anniversaire du printemps berbère, il y a des journées portes-ouvertes sur, tenez-vous bien, le timbre algérien.

L’heure est donc à la philatélie au moment où l’histoire du combat identitaire devait être revisitée avec un minimum de sérieux comme cela se faisait dans un passé récent. Dans le programme, qui s’étale pourtant sur plus de dix jours, une part très maigre est réservée à l’amazighité, au printemps amazigh et au combat qui a fait des morts, des blessés et des vies brisées. C’est vrai que le fleuve du combat identitaire amazigh a été détourné en Algérie. Malheureusement, avec des complicités locales viles et avérées.

Tahar Khellaf