Un nouveau gouvernement provisoire ?

8

ALGERIE (Tamurt) – Khalida, la kabyle de service et ministre de l’inculture algérienne a accompli, en douze années au poste, la mission « d’arabisation culturelle » que lui a confiée Bouteflika. Alors, le plus normalement du monde, elle a été congédiée à la fin de mission. Elle qui aspirait à d’autres responsabilités plus importantes, sera, peut-être, repêchée comme sénatrice du tiers présidentiel. Qui sait ? Tout est possible avec le clan à Bouteflika.

En dehors des portefeuilles dits de souveraineté gardés par les proches de Saïd, le véritable patron, plusieurs anciennes-nouvelles têtes ont fait leur entrée au gouvernement. Mais tout laisse croire que ce gouvernement est provisoire.

En effet, si le FFS et le PT, qui ont tout fait, chacun à sa manière, pour que Bouteflika soit réélu, ont refusé de l’intégrer, cela prouve qu’il y aura assurément un autre gouvernement après la révision de la constitution et pourquoi pas, des élections législatives anticipées.

La déclaration d’Ali Laskri est claire en ce sens. « Le FFS a refusé d’intégrer le gouvernement de Sellal ». Cela suppose qu’il est prêt à intégrer le gouvernement d’une autre personnalité qui sera appelée à le diriger. Son binôme, Louisa Hanoune, a appelé à des élections législatives anticipées. Elle ne pouvait le faire si on ne lui avait pas donné des assurances d’en haut. Alors que veut faire le clan de Boutef ? Wait and see.

Sont nommés Mesdames et Messieurs :
– Abdelmalek Sellal, Premier ministre
– Tayeb Belaïz, ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales
– Le général de corps d’armée Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d’état-major de l’Armée nationale populaire
– Ramtane Lamamra, ministre des Affaires étrangères
– Tayeb Louh, ministre de la Justice, garde des Sceaux
– Mohamed Djellab, ministre des Finances
– Youcef Yousfi, ministre de l’Energie
– Abdessalem Bouchouareb, ministre de l’Industrie et des Mines
– Abdelwahab Nouri, ministre de l’Agriculture et du Développement rural
– Tayeb Zitouni, ministre des Moudjahidine
– Mohamed Aïssa, ministre des Affaires religieuses et des Wakfs
– Amara Benyounès, ministre du Commerce
– Amar Ghoul, ministre des Transports
– Hocine Necib, ministre des Ressources en eau
– Abdelkader Kadi, ministre des Travaux publics
– Abdelmadjid Tebboune, ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville
– Nouria Benghebrit, ministre de l’Education nationale
– Mohamed Mebarki, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique
– Nouredine Bedoui, ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels
– Mohamed El Ghazi, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale
– Dalila Boudjemaâ, ministre de l’Aménagement du territoire et de l’Environnement
– Nadia Labidi, ministre de la Culture
– Mounia Meslem, ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme
– Khelil Mahi, ministre des Relations avec le Parlement
– Abdelmalek Boudiaf, ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière
– Abdelkader Khomri, ministre de la Jeunesse
– Mohamed Tahmi, ministre des Sports
– Hamid Grine, ministre de la Communication
– Zohra Derdouri, ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication
– Nouria Yamina Zerhouni, ministre du Tourisme et de l’Artisanat
– Sid-Ahmed Ferroukhi, ministre de la Pêche et des Ressources halieutiques
– Abdelkader Messahel, ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères, chargé des Affaires maghrébines et africaines
– Hadji Baba Ammi, ministre délégué auprès du ministre des Finances, chargé du Budget et de la Prospective
– Aïcha Tagabou, ministre déléguée après du ministre du Tourisme et de l’Artisanat chargée de l’Artisanat

Amaynut